Le ciel leur est tombé sur la tête?

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Voilà que les Ecopublix m’accusent d’avoir été rapide, partiel et partial dans ma traduction du papier de Howell, Baker, Glyn et Schmitt (HBGS)… Ils font deux remarques mineures, une plus importante (d’où ce billet). Remarques mineures : i) je n’ai pas fait état du commentaire de Heckman sur le papier de HBGS. C’est vrai, en fait je ne l’avais pas lu (je l’ai fait depuis). Je n’ai pas non plus fait état du commentaire de Rodrik sur le commentaire de Heckman. Ni des commentaires du commentaire de Rodrik, d’ailleurs, ii) j’ai commencé mon billet en disant « L'OCDE, le FMI, en France le Medef, etc... expliquent le niveau de chômage par les rigidités observées sur le marché du travail. », donc sans dire que beaucoup d’économistes défendent cette thèse, et donc qu’en commençant ainsi « N’est-ce pas disqualifier un peu facilement les analyses consacrées aux rigidités du marché du travail ? Ne peut-on parler de la manière dont fonctionne l’assurance chômage sans passer nécessairement pour un vilain-économiste-ultralibéral-agent-du-grand-capital ? ». Ben non, puisque précisément le but du billet est de conseiller la lecture d’un article d’économistes apportant des arguments sérieux à l’encontre de la thèse mentionnée…

Bon, venons-en à l’essentiel : les Ecopublix expliquent : « la fin du post se termine par une phrase qui laisse à penser que la recherche la plus récente met en évidence une causalité inverse, ce qui est tout à fait faux à la lecture de l’article et de sa critique. » (je grasse).

Il y a beaucoup de choses dans l’article, la dernière phrase de mon post peut sembler réductrice, mais le but était d’insister sur un point clé insuffisamment souligné dans le débat public sur le sujet. Dire que ce que je dis est « tout à fait faux à la lecture de l’article et de sa critique » me semble plutôt exagéré (j’euphémise).

Pour preuve un Extrait de la conclusion de l’article : "The one possible exception to this conclusion is the role played by unemployment benefit generosity, but rather remarkably, little attention has been paid in this case to the direction of causation. Common sense political economy considerations and Granger test results both suggest that much of any statistical association runs from changes in unemployment to changes in benefit generosity." (p. 58).

Pour preuve également, et peut-être surtout, le commentaire d’Heckman sur le papier de HBGS : "One of the strongest parts of the HBGS paper is the evidence on reverse causality. Institutions that affect incentives are often changed in response to economic crises."
(je grasse).

Je ne crois donc pas trahir les auteurs de l’article avec ma dernière phrase. Ceci dit, plutôt d'accord avec la fin du billet des Ecopublix :  "
les études empiriques ont contribué à faire évoluer le débat en montrant que ce qui compte n'est pas tant le niveau des allocations-chômage que la manière dont elles sont organisées (profil d'indemnisation, accompagnement des chômeurs, contrôle et sanctions…)".  Il me semble avoir insister à plusieurs reprises ici sur le besoin d'accompagnement des personnes les plus exposées aux mutations économiques, en termes de formation et de mobilité spatiale notamment. 


PS :  meuh non, les Ecopublix, j'suis pas fâché...  un peu susceptible peut-être : j'dois avoir des origines corses...

Publié dans Emploi

Commenter cet article

Petitsuix 11/09/2007 15:03

@Guizmomine: le barde c'est Attalix et il est attaché a l'arbre de OBO. 

Gizmomine 11/09/2007 13:57

Ouf ! Je suis soulagée d'apprendre que cette polémique puisse finir par un banquet... Qui se charge de baillonner le barde ? Et qui est le barde d'ailleurs ?

Petitsuix 11/09/2007 13:43

Nous sommes plutôt soulagés que vous ne soyez pas fâché! Dans notre village, vous savez qu'on aime bien les petites polémiques, ça met un peu de sel, non ?  Sur le fond, et après l'épisode Attali (ou vous avez défendu avec panache le travail des économistes), nous avions trouvé que votre article laissait à penser que les économistes étaient forcement biaisés s'ils mettaient en évidence des effets négatifs du fonctionnement de l'assurance chômage. Un lecteur moins spécialiste que vous, aurait pu vous lire et conclure "les économistes disent tous des bêtises, on peut faire dire n’importe quoi aux données, même OBO le dit"...  Enfin, un point mérite d'être souligné. Quand Heckman parle de l'évidence de "reverse causality", il le fait dans le cadre de la littérature de l'évaluation des politiques publiques, c'est à dire qu'il y a un problème d'évaluation. Cela ne signifie pas que les auteurs HBGS ont prouvé que des allocations de chômage élevées ne conduisent pas à plus de chômage. Cela veut simplement dire que les autres papiers qui font de simple corrélations (regressions) doivent faire face un problème d'endogénéité qui est rarement traité.  Ce que nous avons retenu de la littérature, c'est qu'il y a bcp de travaux de macroéconomie empirique en série temporelle ou en coupe qui visent a montrer un effet des allocations chômage sur l'emploi mais ces papiers sont peu robustes car il y a un problème de causalité inverse et parce que la mesure des différents systèmes d'allocation chômage est très mal faite. Mais il y a aussi de nombreux articles, plutôt dans la littérature de l'évaluation des politiques publiques qui mettent en évidence sur données micro l'effet des caractéristiques de l'assurance chômage sur le retour à l'emploi.  On va écrire dans la semaine un post sur le sujet pour pouvoir discuter cette littérature. Mais encore une fois, notre admiration pour votre talent de bloggeur n'a pas été réduite. La blogosphère, c'est la possibilité de voir se confronter de nombreux points de vue pour que chacun se fasse son avis avec le maximum d'information. Et et à ce titre, votre blog est incontournable.

Petitsuix 11/09/2007 13:37

@ OBO: Je suis desole pour le premier commentaire qui est apparu plutot moche. Est-il possible de le supprimer pour maintenir l'esthetique du site?

OBO 11/09/2007 13:44

Pas de souci, je m'en occupe

RMS 11/09/2007 12:31

Dur travail que celui d'économètre ! Difficile, en effet de faire parler les chiffres sans bien vite passer pour un idéologue...En tout cas l'article que vous présentez a le (grand) mérite d'attirer l'attention sur une idée, si ce n'est contraire au courant dominant, au moins qui éveille l'intérêt du lecteur sur l'importance de ne pas se fier trop vite à la pensée dominante...Et c'est d'ailleurs ce que fait l'intégralité de vos posts ! Bravo !