L'actualité de la lettre de Guy Môquet

Publié le par Olivier Bouba-Olga

lettreGM.jpg
Source : Maester.

Publié dans Politique

Commenter cet article

FC 28/10/2007 21:27

Bé non, justement. Nous avons sans doute la même. Enfin peu importe. Celui avec Sarkozy et la lettre d'excuse m'a bien fait rire, en revanche.

Maëster 27/10/2007 15:02

Ravi que mes petits dessins puissent être la source de si passionnants débats.Et ravi que ce petit dessin-ci n'ait pas fait rire FC ; nous n'avons visiblement pas le même sens de l'humour, la même compréhension des choses ni la même vision sur le monde. Ravi également d'avoir découvert quelques sites intéressants, via le biais de divers commentateurs. Je m'en retourne à mes petits dessins, où je me débrouille mieux que dans les grands discours...

johan 25/10/2007 13:49

Répondre au commentaire de M.Garnier mérite d'y apporter une attention particulière pour que celui-ci ne "re"tombe pas dans des considérations caricaturales à l'égard des jeunes générations dont je fais partie. C'est pourquoi je ne peux vous répondre, M.Garnier à chaud, mais votre commentaire me laisse sans voix !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

fc 25/10/2007 08:58

@laurent: lisez mieux, vous aurez vos réponses.

Yves Garnier 25/10/2007 08:33

Ce dessin ne m'inspire pas le rire, ni même le sourire. Il est plein de vieux clichés : le CRS (SS !) à l'air patibulaire et il est à la mode ; cela est "dans le vent " dans les milieux jeunes "de gauche" de toujours remettre le problème du contrôle de l'immigration sur le tapis. Je trouve que les générations passent leur temps à oublier les aînés, ceux, par exemple qui se sont battus pour les lois sociales dont viennent profiter, par vagues organisées, trop d'étrangers. Il faut oser le dire, cet afflux de populations extérieures déséquilibre notre société. Oui, cette exploitation de l'"affaire" Guy Moquet pour la détourner vers une relance du militantisme pour la "toute immigration" est indécente.J'ai, avec d'autres collègues professeur du lycée de Chateaubriant et des camarades des partis de gauche et des associations progressistes de l'époque, fait partie de ceux qui se sont battus pour que le lycée de Chateaubriant porte le nom de ce jeune lycéen fusillé à quelques kilomètres de là, à la sablière.Nous avons lutté, pendant de nombreux mois, contre les arguments plus ou moins déplacés ou fallacieux de la droite pure et dure et de son représentant le plus en vue à l'époque, le  maire de Chateaubriant, Monsieur Xavier Hunault, député non-inscrit, sous marin de la droite. Il en a fallu, des démarches, pour faire admettre que si un lycée devait porter ce nom, c'était bien celui-là. Nous avons finalement eu gain de cause et le père de Guy, présent à la cérémonie officielle, nous a déclaré dans un sanglot que si nous avions pu aboutir, c'était parce que son fils avait été inscrit à l'ordre de la Nation et que cela, les autorités avaient été dans l'obligation de le respecter.Bien sûr, à chaque génération ses intérêts prioritaires, mais faire l'amalgame entre les assassins nazis et notre police qui fait respecter les lois sur l'immigration votées par notre parlement  est indécent. Cela n'a rien à voir et les gens de la gauche d'aujourd'hui feraient bien de demander à leurs anciens ce qu'ils en pensent. Je pense également que l'initiative de la droite actuelle (ou de notre Président tout seul si c'est le cas) qui revient sur les valeurs que sont la conscience d'appartenir à une nation, le sacrifice et le patriotisme pour les mettre à nouveau en avant après une trop longue période de dilution ou de négation de ces valeurs fondatrices est bonne et que toute cette campagne au cours de laquelle on utilise tous les arguments possibles dans tous les sens n'est née que d'un sentiment d'anti Sarkozysme primaire. J'ai honte des gens de la "gauche" actuelle, de ces discoureurs qui ne veulent que reconquérir le pouvoir pour eux-mêmes. Ils n'ont que cela pour battre la droite ? Il va leur falloir trouver autre chose, car là, ils font fausse route. Il se seraient même honorés d'être à l'initiative de la lecture de cettre lettre exemplaire.