Beaucoup de grèves, de plus en plus de grèves...

Publié le par Olivier Bouba-Olga

En août 2006, j'avais écrit un petit billet sur le nombre de jours de grèves par salarié, histoire de montrer que la France ne se caractérisait pas par une conflictualité débordante (classement de 25 pays par conflictualité décroissante sur la période 1998-2004) :

conflit.gif
Figurez-vous que ce billet a été repris dans la revue des blogs de l'émission "Duel sur la 3", dimanche dernier (après la 55'). Comme ce billet date un peu, je ne peux m'empêcher de compléter, sur la base des données de la DARES, pour analyser l'évolution du nombre de JINT (Journées Individuelles Non Travaillées) dans le temps, pour la France. Résultat graphique :

JINT.jpg
Ca m'a l'air de décroître sévèrement tout ça... Sur la base de ces éléments, on peut donc dire qu'il y a plutôt moins de grèves en France qu'ailleurs, et qu'il y en a plutôt de moins en moins.

Il y a d'autres données intéressantes, notamment par région ou secteur (fichier excel ici).  Ainsi qu'une analyse approfondie des conflits du travail sur la période 2002-2004 relativement à 1996-1998 : on y apprend notamment que les conflits du travail sont plus nombreux et plus diversifiés sur 2002-2004 que sur 1996-1998, mais que les formes qui progressent le plus (refus d'heures supplémentaires et pétitions notamment) se font sans arrêt de travail.

Commenter cet article

henri 24/11/2007 09:11

désolé mais sur ecopublix il y a eu un article qui a justement montré que ces graphiques n'étaient pas fiableshttp://www.ecopublix.eu/2007/11/des-grves-partout-sauf-dans-les.html

FC 22/11/2007 00:16

@Blurg: encore une fois, 85% des salariés sont en CDI. La précarité de l'emploi n'explique pas la baisse du nombre de grèves dans le privé. L'emploi n'est précaire que pour une minorité.

Blurg 21/11/2007 22:09

Zoup me semble soulever une piste intéressante. On ne fait grève que si on le peut ! Et de fait, avec la précarisation rampante de l'économie, pour une partie croissante des actifs, le droit de grève est largement théorique : quels stagiaires (0,5 millions d'actifs), quels interimaires (0,5 millions d'équivalents temps plein), quels CDD, quels éprouvés du chômage longue durée iraient se mettre en grève ?Il serait intéressant de calculer l'évolution de la part de ces exclus du droit de grève dans la population active totale au fil des années. Peut-être que cette évlution pourrait expliquer une part de la régression de l'activité gréviste en France ?

zoup 21/11/2007 20:45

Excusez-moi si je dis une c... ..., je ne suis pas spécialiste mais est-ce que ces chiffres tiennent compte du nombre des personnes actives ? Parce qu'on ne peut pas faire grève si on est chomeur, et depuis 1975 le chomage a fortement augmenté.

toto 21/11/2007 15:13

Les comparaisons internationales intègrent les données publiques/privées. En revanche, les données DARES n'incluent pas les données fonction publique, effectivement, je cherche pour compléter sur ce point si possible... Oui en intégrant les data concernant la FP  on risque d'avoir de drôles de surprises ...!