Economie de marché

Publié le par Olivier Bouba-Olga

J'apprends via  Les Echos que  les socialistes français "reconnaissent l'économie de marché",  François Hollande allant même  jusqu'à dire que "c'est sans doute la forme la plus efficace pour produire des richesses".  La semaine prochaine, ils votent pour savoir s'il faut reconnaître officiellement que la Terre est ronde.

Publié dans Politique

Commenter cet article

Christophe 27/12/2007 09:52

@FP NicolasDeux commentaires. Le premier sur le discours de Melle prononcé au mois d'août par Ségolène Royal. En voilà un extrait consacré au marché : "Sommes-nous pour ou contre le marché ? Mais c'est là un faux débat qui déconcerte nos électeurs. Le marché est aussi naturel que l'air que l'on respire, ou que l'eau que l'on boit. On enfonce là des portes ouvertes! Mais, évidemment, l'eau peut être polluée, l'air vicié, et c'est là que le débat politique retrouve toute sa force". Je ne sais si ce type d'affirmation fait avancer le PS. Je sais simplement que c'est une ânerie de proclamer la naturalité du marché.Le deuxième porte sur le ni-ni. Il n'a rien à voir avec Jospin mais avec la campagne de Mitterrand en 1988 (dans sa Lettre aux Français). Il s'agissait d'un engagement, ni privatisation, ni nationalisation. Sauf erreur de ma part, le gouvernement Jospin a respecté la deuxième part. En revanche, il s'est affranchi de la première.Pour le dire autrement, le débat ne porte pas sur l'économie de marché (j'insiste, cette "réalité" figure dans la charte adoptée en 1990) mais sur les capacités d'action de la puissance publique. Certains responsables du PS, depuis longtemps c'est vrai, entendent en finir avec l'idée d'un État acteur de l'économie et défendent la conception de l'État stratège, l'État régulateur. Ce débat mériterait mieux que des absurdités prononcées doctement sur le marché.

FP NICOLAS 26/12/2007 10:42

Il me semble que S. Royal a pas mal oeuvré pour ce qui se disait à demi mot avant 2006 devienne une réalité acceptée par tous (enfin, 95% du parti disons): son programme, ses discours -en particulier à Melle- ont permis de sortir du "nini" cher à Jospin.

enzo d'aviolo 18/12/2007 21:33

dire cela comme le P(s) le dit depuis l'université d'été de la rochelle, cela a plus d'implication qu'il n'y parait et qui est tourné en dérision par ce post.reconnaitre l'économie de marché comme l'horizon indépassable quand on se dit "socialiste", c'est accepter le capitalisme tel qu'il fonctionne aujourd'hui et reconnaitre non seulement son impuissance mais son inutilité!le socialisme, c'est changer la vie et donc forcément agir sur l'économique autrement qu'en le régulant à la marge.l'économie de marché crée de la richesse, ouais et alors, pour aboutir à cela: http://daviolo.unblog.fr/2007/12/17/tout-se-tient-dans-une-politique-liberale/définitivement inutile ce P(s) là!

Tonio 18/12/2007 15:17

La difficulté du PS, c'est que comme la direction du parti se choisit au moment du congrès sur la base de textes présentant des orientations idéologiques, ça pousse à la distinction idéologique à tout prix. On est censé arbitrer entre des lignes et pas des personnes, ce qui est d'une vraisemblance rare quand on voit l'apport idéologique des deux perdreaux favoris, Ségolène et Bertrand.En conséquence de quoi les différences se concentrent sur quelques trucs symboliques: faut-il ou pas renationaliser EDF? Les hausses de SMIC doivent-elles pousser au cul les négociations sur les salaires, ou être un élément de la négo? Mais comme ce n'est pas suffisant, c'est la manière d'en parler qui va servir de marqueur. Donc, largement un equestion de vocabulaire codé.Résultat, les observateurs extérieurs qui ne comprennent pas le sens des mots utilisés, ultra-codés en fonction des tendances internes, ont parfois l'impression de débats surréalistes. Ils n'ont pas nécessairement tort parfois, mais en l'occurence dire que le PS accepte à cette occasion l'économie de marché, c'est, euh... prendre un peu trop au pied de la lettre les enjeux rhétoriques. C'est quand même le PS qui a largement libéralisé l'économie française...En réalité, ce qui est débattu dans ce colloque, c'est la place de la réglette "intervention de l'Etat" dans l'économie de marché. Etat directeur? Etat redistributeur? Etat stratège? Etat remédiant aux "imperfections de marché"?

Ozenfant 18/12/2007 15:08

Hausse de l'excédent commercial de la zone euro en octobre à plus de 6 milliards d’€ , pendant qu’en France nous avons la joie de vous annoncer un déficit record de 3,6 milliards d’ € !http://blog-ccc.typepad.fr/blog_ccc/2007/12/hausse-de-lexcd.html#comments