Vous n'avez plus d'argent? Eh bien, remboursez-le!

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Je ne fais que relayer l'info,  déjà traitée chez RCE et Versac et reprise chez les Econoclastes, mais elle est tellement croustillante...

Ségolène Royal "choquée par le scandale de la Société générale", a demandé vendredi à Chartres "que les 7 milliards d'euros soient remboursés aux familles qui sont plongées dans l'endettement".

"Quand les Français ont un compte bancaire excédentaire en début de mois et le terminent à découvert, les pénalités tombent. Les banques s'enrichissent sur le dos des plus modestes. Je demande à ce que les 7 milliards d'euros soient remboursées aux familles qui sont plongées dans l'endettement".
Source : Désirs d'Avenir.

On doit pouvoir généraliser : toutes les entreprises essuyant des pertes devraient les rembourser...

Publié dans Politique

Commenter cet article

imotakey 06/02/2008 01:07

ayant voté sarkosy, merci de prendre la défense de royal,Delvalée, surtout avec une détermination de fait de société s'averant juste et lucide, les ménages sont dans une panade incroyable, ils se le cachent mais les cabinets d'huissiers recrutent fort en ce moment  par contre il sont plus a l'écoute aujourd'hui devant la détresse de la décadence sociale.on ne peut excuser certains qui abusent .mais pour ma part , j'ai vecu un depot de bilan en 2002, je suis toujours en FICP, a l'époque j'ai embarqué ma famille dans la merde avec moi (FICP de ma femme) et toujours aujourd'hui j'ai des ponctions qui me font mal. mais a l'époque quand le premier cheque a été rejeté , j'avais 110 euros de frais  mais le probleme c'est que meme si on le régularisait 2 jours apres son opposition , entre temps et tout les cheques qui passaient et qui allaient passer étaient rejeté de la somme prescrite plus 110 euros de frais de rejet. et je ne compte pas les frais de gestion , d'agios ,de mouvement irrégulier et plein d'autres pour anéantir la personne morale et tout ce qui la voulu construire. et je ne vous parle pas meme de  la situation avec ma femme (on était a la meme banque). Alors laisser moi rire quand je vois une banque , qui doit nous garder notre argent en lieu sur et se serre de tous les moyens pour nous dépouyer, merci mais la c'est trop, avec un bénef de 5 milliard pour la SG (perdu ce jour mais bon nous on y a jamais gagner ni perdu) et le benef de la BNP de 7 milliards ; tout ca sur le dos des ménages . je suis dégouté  mais je veux que ca change , o peuple de s'unir et de crieer notre colere de vive et non de survivre!!!!!!! rdv et membre de la "journee morte "   http://revolution2008.sosblog.fr/

Delvalée 01/02/2008 14:50

Bonjour,Les propos de SR constituent certes un raccourci téméraire, (on n’ose pas croire, quand elle évoque les 7 milliards d’€, qu’il s’agit bien des pertes subies par la SG qui devraient être réaffectées au remboursement du surendettement des ménages, ce qui serait effectivement « surréaliste » !). Mais comme le fait remarquer Nasky, on peut penser qu’elle a voulu dire « autre chose ». Soyons donc charitable et essayons de lire « entre les lignes » ! Commençons d’abord par les 7 M d’€ de pertes de la SG. Celle-ci affirme que 2 M€ s’expliquent par des dépréciations dues à la crise des « subprimes » et les 5 autres par la « fraude » initiée par le trader « mégalo » JK. Remarquons que les 5M€ n’ont pas été perdus pour tout le monde. Ce que JK a fait perdre à la SG d’autres l’ont gagné ! Evidemment, on ne sait pas qui, mais dans le lot, outre des « Hedge funds » et autres spéculateurs teneurs de marché, il est probable qu’il y ait des banques, lesquelles ?, ici encore, mystère, mais il y aura sans doute de « bonnes nouvelles » qui seront annoncées par certains opérateurs de marchés financiers dans quelques temps. Quant aux 2 M€ liés à la crise des « subprimes », rappelons qu’à l’origine de ces pertes qui s’avèrent gigantesques si l’on considère l’ensemble des organismes bancaires impliqués (a minima, plusieurs dizaines de milliards d’€, voir par exemple, Les Echos, du 21 novembre 2007, mais probablement beaucoup plus si on prend en considération les effets induits sur l’économie réelle), il y a un quand même un problème que l’on peut qualifier d’« aléa moral » (dans tous les sens du terme !) de la part d’organismes bancaires qui ont poussé à la ruine des centaines de milliers de ménages américains en utilisant des pratiques commerciales scandaleuses et en poussant ainsi délibérément des ménages souvent très fragiles financièrement et surtout très mal informés des risques qu’ils prenaient, dans l’enfer du surendettement. Finalement, c’est toute la collectivité (mais d’abord les plus faibles !) qui paie les pots cassés d’un comportement « prédateur » privé complètement déchaîné, parce que l’évolution actuelle de nos institutions économiques et financières favorise de plus en plus ce type de comportement prédateur que tout un autre mouvement de la civilisation essaie au contraire de contenir ! (Voir, sur ce sujet, Frédéric Lordon, L’intérêt souverain, essai d’anthropologie spinoziste, La Découverte, 2006, dont la revue Sciences humaines de janvier 2008 rend compte). Alors certes, le constat fait par SR dans l’introduction de son blog est manifestement hyper maladroitement formulée mais lorsqu’elle conclut sur la même page de son blog par : « Je veux que l'Etat recadre les banques, réglemente leurs activités pour qu'elles fassent ce pourquoi elles sont payées, c'est-à-dire prêter de l'argent aux ménages, aider les entreprises pour qu'elles créent des emplois". Pour Ségolène Royal, "face à de tels comportements, l'Etat doit être fort. Il faut une transparence sur l'utilisation des fonds bancaires. Il y a un déficit de politique, d'autorité, de volonté de réglementation », je souscris volontiers. Quelques données de base sur le (sur)endettement des ménages En France, en novembre 2006 (dernière date connue), « 4,5% des ménages estiment que leurs charges de remboursement sont beaucoup trop élevées, et 9,3% trop élevées » (en % des ménages endettés, sachant que 50,9% des ménages sont endettés). Source Observatoire de l’endettement des ménages, Rapport n°19, février 2007. On peut donc en conclure que 7% des ménages français éprouvent des difficultés suite à leur endettement. On peut estimer que c’est relativement peu, mais cela représente un nombre non négligeable de personnes susceptibles de basculer dans une situation de surendettement. « L’année 2002, cependant, marque une rupture qui se confirme depuis : avec la progression de la part de ceux qui estiment que leur situation s’est dégradée, même si à cet égard les évolutions récentes viennent en corriger les conséquences. Ainsi, en 2006, la proportion de ceux qui estiment que leur situation financière s'est dégradée est-elle de 32.8 % (et même 6.0 % de “nettement dégradée“) contre 27.1 % en 2001 (respectivement 4.0 %). [Au passage, merci la droite !!!] Ce qui évidemment est allé de pair avec la remontée de la part de ceux qui estiment que “c'est difficile“ ou que “les dettes sont nécessaires“ : 13.4 % contre 11.5 % au plus bas, en 2002. » Source Observatoire de l’endettement des ménages, Rapport n°19, février 2007 Par ailleurs, je n’ai pas eu la possibilité de déterminer l’en-cours total du surendettement des ménages, mais j’ai trouvé des données intéressantes sur le nombre de dossiers de surendettement déposés chaque année (voir Banque de France, baromètre du surendettement). 184866 dossiers déposés en 2006 (dont 157950 recevables), contre 145348 en 2002 (dont 118533 recevables), le nombre de dossiers de ménages en « situation de désendettement » étant quant à lui de plus de 700000. Ton remarque donc une tendance à l’augmentation des cas que confirment également les données du Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP) consultables ici http://www.banque-france.fr/fr/instit/services/page3f.htm Dernier chiffre, l’encours moyen de crédit par dossier de surendettement est de 32510 € (montant assez stable dans le temps) et s’élève à 56613 € pour les prêts immobiliers. Finalement, à peine le salaire annuel de notre trader « mégalo » JK (sans les primes ! Bon, mais je ne préconise pas de prendre sur son salaire pour…). Quoique ! Tiens un dernier chiffre, à propos des primes, justement. Les 5 plus grandes banques américaines (je n’ai pas les chiffres pour les banques françaises) auraient déboursé 66 milliards de $ de primes en 2007, source Edito du Monde du 29 janvier 2008. Bon d’accord, il n’est évidemment pas possible d’aider les ménages à sortir du surendettement en utilisant le trou laissé dans les comptes de la SG par JK et la crise des « subprimes ». Mais, il y a d’autres pistes à explorer, et pour commencer, si on réexaminait la manière dont certains se gavent ?

Bertaga 01/02/2008 10:11

Cela me rapelle un navet (s'agit-il de la vérité si je ments ou de Jet set ?) dans lequel on entendait "Les pauvres n'ont pas d'argent ? Mais ils n'ont qu'à en acheter !".

Sabrina 31/01/2008 17:21

Je sais bien, je sais bien  !!!en tous cas, ce qui peut être dénoncé, aussi bien chez l'une que chez l'autre, c'est toujours reflechir à la va -vite, sans réfléchir, sinon ils ne diraient pas de telles bêtises, j'aurais honte.

Emmeline 31/01/2008 17:13

Vous savez Sabrina, dans le genre, Sarko a fait aussi bien, sinon mieux encore !