Grève chez Dacia-Renault en Roumanie

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Grève en Roumanie, chez Dacia-Renault, pour réclamer des hausses de salaire. 80% de grévistes selon les syndicats, 49% selon la direction. Beaucoup de monde, en tout cas. Mais c'est qu'on peut pas augmenter les salariés, affirme le directeur du site hier soir aux infos : sinon, on sera obligé de délocaliser en Russie, au Maroc ou en Turquie...

Quelques petits chiffres pour fixer les idées (source : Eurostat). Quand le coût horaire du travail est de 100 dans l'Union à 15, il est, en 2005, de 9 en Roumanie. Soit l'avant dernière place, juste devant la Bulgarie (indice de 6) et derrière la Lettonie (indice de 11). Sachant qu'en France, l'indice est de 117, on en déduit qu'une heure de travail coûte 13 fois plus en France qu'en Roumanie.

Cependant, vous le savez, la comparaison de ce coût horaire n'a pas de sens, si on n'intègre pas en même temps les différentiels de productivité. En 2005, quand la productivité horaire du travail est de 100 dans l'Union à 15, elle est de 29 en Roumanie, soit la dernière place, derrière la Bulgarie (31) et la Lettonie (39). En France, l'indice est de 118. Soit une productivité en France quatre fois plus importante qu'en Roumanie. Le coût salarial unitaire, rapport entre le coût du travail et la productivité du travail, est donc de 32 en Roumanie, contre 99 en France, soit un rapport de trois pour un.

Comment tout ceci évolue-t-il ? Pour la Roumanie, l'indice de coût horaire du travail est passé de 6,4 (pour 100 dans l'UE15 toujours) en 2000 à 9,3 en 2005, pendant que la productivité est passée de 23,1 en 2002 (année la plus ancienne disponible) à 29,1 en 2005. Au total, entre 2002 et 2005, le coût salarial unitaire a légèrement augmenté relativement à la moyenne UE15, passant de 31,1 à 31,9.

On dispose de séries plus longues pour certains PECO, qui permettent de reconstruire l'évolution des coûts salariaux unitaires (base 100=UE15) :

Evolutions plutôt hétérogènes : tendance à la baisse en Slovénie, qui s'explique par un coût horaire du travail stable et une productivité croissante par rapport à l'UE15 ; tendance à la hausse en République Tchèque et Hongrie, avec hausse relative du coût horaire et de la productivité, mais hausse plus rapide du coût horaire ; ça stagne enfin en Lituanie et Slovaquie, avec hausse relative de même ampleur du coût du travail et de la productivité.

Si on se focalise seulement sur l'évolution du coût horaire du travail, on peut calculer pour un large ensemble de pays le taux de croissance de ce coût horaire, sur la période 2000-2005. On obtient alors ceci :

Globalement, les PECO voient leur coût du travail augmenter plus vite que les pays de la partie occidentale de l'Europe (et, que je sache, on n'a pas vu de délocalisations massives de Hongrie, de Tchéquie ou d'Estonie). Les pays les plus pauvres de l'Union deviennent progressivement moins pauvres. On a eu pire comme nouvelle.

Publié dans Mondialisation

Commenter cet article

jean 16/08/2008 03:16

bonne idée !!! d'ailleur on ne peut plus vivre sans technologie :) vous pouvez aussi voir ce site de voiture d'occasion http://www.twinibila.com et n'oubliez surtout pas de visiter ces ite bizzare d'un webmaster qui veut devenir millionnaire par un annuaire : http://www.jeseraimillionnaire.com

Vincent Carel 03/04/2008 16:49

Voilà qui fera plaisir aux Polonais, aux Hongrois et à la plupart des Européens de l'est qui subissent les privatisations des secteurs de la santé, des retraites et de l'éducation au nom de...la compétitivité de l'économie nationale dans le cadre de la grande Europe de la libre concurrence. Le libre échange appauvrit les populations, l'enrichissement n'est que statistique, c'est-à-dire qu'il est très fort pour ceux qui n'en ont pas besoin et nul voire pire pour ceux qui en auraient besoin: ce n'est pas parce que la richesse du pays grandit que celle des habitants grandit, ce n'est pas davantage parce que la richesse des habitants grandit que tous les habitants s'enrichissent, et notamment les ouvriers et les employés qu'ils soient actifs, en retraite ou au chômage. Les délocalisations à l'Est en sont la preuve: si des entreprises de l'ouest y implante leurs activités c'est bien pour exploiter la pauvreté des habitants et surtout pas parce qu’ils s’enrichiraient. Si réellement les travailleurs s'enrichissaient les gentils capitalistes iraient voir ailleurs, comme l'exemple mexicain le montre où les usines délocalisées des Etats-Unis dans les années 80/90 sont à nouveau délocalisées du Mexique vers l'Asie où l'exploitation des travailleurs est encore plus forcenée. Cet enrichissement prétendu n'est donc qu'une illusion, exactement comme en Espagne, le pays du boom où les salaires ont baissé. Enfin si quelquefois la situation s'améliore cela n'a rien à voir avec l'économie mais avec l'engagement des travailleurs qui luttent par la grève contre leurs employeurs et contre le système capitaliste de concurrence généralisée qui est supposé les enrichir.

LG 25/03/2008 21:55

Attention, ce sont des indicateurs relatifs et pas en valeur absolue. Ils mesurent l'écart par rapport à la moyenne. En résumé : l'Europe s'homogénéise.

pratclif 25/03/2008 19:49

PIB/capita Source Eurostats ici.

pratclif 25/03/2008 19:46

PIB/capita source Eurostats ici.