Premier prix pour François F.

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Pour cette formule dans son discours sur la modernisation de l'économie :

Personne n’a encore trouvé un moyen qui permette d’obtenir de la croissance sans travailler plus.

Personne, c'est sûr, personne. Ce n'est pas l'économie qu'il modernise, c'est l'analyse économique...

Publié dans Politique

Commenter cet article

Momo 13/06/2008 23:45

On est rassuré . F.F. a voté avec les autres gouvernts de l'U.E. le maxi hebdo à 65h.  On revient 120 ans en arrière pour la France environ. F.F. est  le spets de la contre-réforme. L'U.E va t'elle dépasser la croissance chinoise?

Jean-François Couvrat 16/05/2008 20:33

Réponse à LG:C'est malin comme l'est un pagne. Regardez l'Irlande, paradis fiscal pour multinationales parce que les cessions de brevets y sont exonérés d'impôts. Cela accroît le PIB mais le PNB reste à la traîne et l'écart est devenu monstrueux.  Ce que Microsoft économise ainsi, les Irlandais n'en voient tout simplement pas la couleur. Evidemment, pour les ration "sur PIB", c'est tout bon et la Commission de Bruxelles applaudit.

LG 08/05/2008 01:26

ben en fait si il y en a : faites une niche fiscale ouverte à l'international, et vous verrez l'agent du monde arriver : exemples : la Suisse, le Luxembourg, le Royaume-Uni ... pour lesquels cette manne financière amène à elle seule 0.3 à 0.5% de croissance annuelle.Donc il suffit d'être malin.

gge 07/05/2008 17:12

A rappeler à qui de droit la vision de Keyne, inspirateur de la social démocratie: Il y a transfert d'argent vers la production pour la droite, et vers le pouvoir d’achat pour la gauche. Soient 2 façons opposées de jouer sur la croissance. La gauche et la droite, ce n'est pas la même chose quand on se penche sur le sujet...gge

Olivier Bouba-Olga 07/05/2008 12:56

@ Ned : oui, entre autres. si on gagne en productivité, on produit plus de richesses avec autant de ressources, notamment en travail. On a donc croissance économique sans accroissement du temps travaillé. Ce qui ne veut pas dire que l'accroissement du temps travaillé n'est pas un moyen de faire de la croissance, mais que dire que ce n'est que par ce moyen qu'on peut faire de la croissance, c'est une ineptie. Au moins depuis Adam Smith, 1776.