L'emploi et les salaires dans les régions

Publié le par Olivier Bouba-Olga

France Bleu Poitou m'a demandé hier une petite réaction suite à la publication du document de l'Acoss sur l'évolution de l'emploi et des salaires dans les régions entre 2002 et 2007, l'idée étant d'expliquer la dynamique plutôt favorable de Poitou-Charentes, qui a connu une hausse de 6,4% sur la période, contre 3,9% France entière. Voici quelques éléments et compléments :

* la progression en Poitou-Charentes est effectivement supérieure à la moyenne, mais tous les secteurs ne sont pas couverts (l'administration notamment), attention donc à l'interprétation. Les données Insee (voir ici) sur une période proche (2002-2005) montrent une évolution légèrement inférieure à la moyenne nationale,

* sur la méthodologie toujours : les chiffres sur les effectifs n'intègrent pas la durée du travail, chaque salarié comptant pour un. L'évolution des emplois en équivalent temps plein serait moins favorable,

* on note pour la plupart des régions une progression plus faible que sur 1997-2001, période où le taux de croissance était plus important qu'aujourd'hui,

* Globalement, les régions qui s'en sortent le mieux sont celles qui sont les moins industrielles (la baisse des effectifs industriels les affectent moins) et celles qui attirent les populations (touristes, retraités, ...) ou plus généralement dont la dynamique démographique est favorable, car cela stimule les secteurs de la construction, des activités immobilières, certains secteurs tertiaires, ....  En lien, on observe également des effets revenu : dans les régions dont le revenu moyen augmente plus vite, les dépenses locales sont plus importantes, ce qui stimule l'activité résidentielle,

* Poitou-Charentes est plutôt dans ce cas : l'industrie pèse globalement comme France entière (16,5% contre 15,9% selon les chiffres de l'Insee fin 2005), les évolutions démographiques sont plutôt bonnes. On a donc un premier élément explicatif : la spécialisation initiale des régions. Ce qui explique plus généralement la position plutôt bonne des régions de l'Ouest et du Sud, et celle moins bonne des régions de l'Est.

* Ceci n'explique cependant pas tout de la dynamique régionale : on observe aussi des secteurs industriels dynamiques en région, et récessifs France entière : construction navale-aéronautique-ferroviaire, métallurgie et travail des métaux, R&D (avec un point d'interrogation sur la significativité du taux de croissance de 45,9%, il faudrait voir d'où on est parti...). A contrario, l'industrie automobile est plus récessive que France entière. Comme signalé dans d'autres billets, attention cependant à l'évolution des effectifs dans l'industrie, celle-ci s'explique en effet pour partie par des phénomènes d'externalisation et de recours à l'intérim,

* à l'échelle infra-régionale, on peut retrouver ces effets de spécialisation et les mêmes nuances, mais on observe pourtant que la plupart des zones d'emploi sont dans une dynamique favorable, seuls 3 sur les 13 ayant un taux de croissance inférieur à la moyenne nationale, sans être pour autant dans la classe la plus basse : Angoulême, Cognac et Nord Deux Sèvres. Les deux zones les plus dynamiques en termes de création d'emploi sont La Rochelle et  Nord Poitou.

Publié dans Emploi

Commenter cet article

johan 25/08/2008 09:05

Lien interessant qui explique (avec Davezies) la réussite des régions dont l'économie est dite "résidentielle" (vs productive) : http://www.marianne2.fr/Emploi-l-erreur-de-Sarkozy-et-de-ceux-qui-l-ont-precede_a90453.html