Ici Londres...

Publié le par Olivier Bouba-Olga

C’est bien connu, la France se désindustrialise… Les entreprises partent en Chine ou dans les Pays d'Europe Centrale et Orientale, les salariés partent au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis….

Dans « Les nouvelles géographies du Capitalisme », je tord le cou à la première idée. Dans ce petit billet, je propose de m’attaquer à la deuxième idée.

 C’est en fait la lecture d’un billet de Ceteris Paribus à propos d’un article du Figaro qui m’a décidé. Ce grand quotidien affirmait qu’un million de jeunes français travaillent désormais à l’étranger. Idée implicite sous-jacente : la France fait fuir ces jeunes, impôts trop élevés, grèves trop nombreuses, anti-réformisme notoire, etc… Et il ne se passe pas un mois sans qu’on nous parle de tous ces français qui partent travailler à Londres, nouvel eldorado économique, car la flexibilité, Monsieur, eux ils savent ce que c’est !

 Sauf qu’il y a un biais dans ce type d’exercice : si l’on veut comparer l’attractivité de la France et du Royaume-Uni, autant se doter de statistiques sur les deux pays, et non pas regarder uniquement les Français qui partent à Londres (Le problème est le même s’agissant des délocalisations : il convient de comptabiliser l’activité qui sort de France, d'analyser l'ensemble des destinations, mais aussi de comptabiliser l'activité qui entre dans le pays : la France est la troisième terre d'accueil des IDE, la deuxième des pays développés...).

 Dans cette perspective, une étude récente de Bailly, Mouhoub Mouhoud et Oudinet intitulée « Les pays de l’Union Européenne face aux nouvelles dynamiques des migrations internationales » est particulièrement instructive. Elle s’intéresse aux quinze pays de l’UE, fourmille de résultats passionnants, mais je vais me focaliser ici sur la comparaison France – Royaume Uni. Quatre idées essentielles se dégagent de l’analyse :

 Première idée : les migrants originaires de l’UE à 15 représentent 18% de l’ensemble des migrants en France contre 16% au Royaume-Uni.

 Deuxième idée : en 1995, sur 100 migrants diplômés de l’enseignement supérieur s’installant dans l’UE à quinze, 24 s’installent en France contre 18 au Royaume-Uni. En 1999, les chiffres sont respectivement de 30% (France) et de 4% (Royaume-Uni).

 Troisième idée : la part des migrants diplômés dans le total des migrants est de 36% en 1995 en France contre 13% au Royaume-Uni. En 1999, les chiffres sont de 43% pour la France et de 10% pour le Royaume-Uni.

 Quatrième idée : la part des migrants diplômés qui ont des contrats temporaires en France est 3,1 fois supérieure à la part des salariés diplômés qui ont ce type de contrat en France. Au Royaume-Uni, cette part est 8,1 fois supérieure…

Bien sûr, il convient de rester prudent dans l'interprétation de ces chiffres : la part des migrants diplômés en France s'explique en partie par une politique migratoire restrictive vis-à-vis de la main d'oeuvre moins qualifiée, politique que certains ont envie d'accentuer (immigration choisie!)... Il n'en demeure pas moins que la France est plus attractive que le Royaume-Uni pour les diplômés de l'enseignement supérieur (cf. deuxième idée).

Ils sont fous ces migrants...

Publié dans Emploi

Commenter cet article

visiter londres 28/05/2009 18:30

Si vous voulez visiter Londres et voulez des renseignements et des bons plans, vous pouvez jeter un oeil au site visiter-londres.fr

Laurent 01/02/2007 15:35

Les Français installés en Grande-Bretagne sont peu nombreux (95 000). Les personnes qui entrent en Grande-Bretagne le font davantage pour leurs études que pour le travail. Celles qui quittent la Grande-Bretagne sont d'âge actif et très peu sont des retraités.
Une désinformation insidieuse veut nous faire croire que les jeunes Français quittent la France pour trouver ailleurs un emploi qu'ils ne trouvent pas chez eux, en particulier pour aller en Angleterre. Dans l'autre sens, seuls les retraités viendraient s'établir en France. Les partisans du libéralisme économique trouvent des médias très complaisants pour diffuser cette propagande, bien différente de la réalité.
Comme le montrent les statistiques britanniques, lors du recensement de 2001, les Français ne sont pas très nombreux en Grande-Bretagne : 95 100 (38 100 à Londres). En proportion de la population française pour 2001, seulement 0,16 pour cent des Gaulois se trouvent chez les Grands-Bretons, à comparer avec 0,32 % pour les Goths. Les pays présentés comme des modèles de réussite ont une proportion plus importantes de leurs nationaux en Grande-Bretagne : Danemark (0,35 %), Pays-Bas (0,25 %), Suède (0,25 %), de même que l'Allemagne (0,35 %) qui a longtemps été présentée comme un modèle. L'Irlande est un cas particulier (14,11 %) et les mérites tant vantés, mais artificiels, de l'économie irlandaise n'incitent guère les Irlandais à retourner dans leur pays. ...Le principal motif est les études (26,4 %) pour ceux qui vont en Grande-Bretagne et pas le travail (22,3 %), alors que le principal motif est le travail (25,2 %) pour ceux qui quittent la Grande-Bretagne, les études comptant très peu (3,0 %). ...Si l'on examine l'âge des migrants, ce ne sont pas des cohortes de retraités qui quittent la Grande-Bretagne mais pour l'essentiel des personnes d'âge actif. Les retraités ne sont que 2,6 % parmi ceux qui quittent la Grande-Bretagne (retraite à 60 ans pour les femmes et 65 ans pour les hommes). La plus grande proportion d'entrées entre 15 et 24 ans provient d'une beaucoup plus grande proportion d'entrées pour les études.
Lire http://travail-chomage.site.voila.fr/britan/gaulois.htmpour plus d'informations, avec tableaux statistiques des migrations.

Eric Lauriac 04/04/2006 16:54

JCK:La difference entre le RU et la France, c'est que les entreprises du RU n'arrivent pas a trouver leurs employés sur le marché local. Resultat elles font venir des Européens de l'Est. C'est moins un problème d'attractivité (et de forte croissance) que de système scolaire et de solde démographique détriorés.

jck 03/04/2006 11:06

desole mais c'etait un peu gros:
d'apres l'etude que VOUS citez,la France est un des 2 pays [l'autre est la Grece] qui recoit moins de migrants de l'ue qu'en 1985.
Elle recoit moins de la moitie de migrants de l'ue que l'Irlande pays qui a 10 fois moins de population , 20 fois moins que l'Allemagne...tout ca ne veut pas dire que les jeunes francais fuient a Londres,mais ca veut que personne ne precipite vers la France en tous cas et ca c'est tres clair => France is NOT attractive

Olivier Bouba-Olga 03/04/2006 12:19

ok, mais attention à ne pas raisonner que sur une année et une seule. Ci-dessous un extrait d'une intervention de Abye MAKONNEN, représentant de l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM):"Quelques observations sur l'évolution des flux migratoires en Europe. À partir des années 60, la balance entre émigration et immigration était rétablie dans plusieurs pays de l'Europe occidentale. Vers le milieu des années 70, il a été mis un frein au recrutement de main d'oeuvre étrangère. Cependant, les années 90 virent un regain important de flux migratoires vers les pays de l'Europe du Sud. Entre 1960 et 2000, la population de l'Europe de l'Ouest s'est accrue de 4,3% à travers un afflux de 16,7 millions de personnes. Les pays de destination les plus importants étaient l'Allemagne (8,5 millions), la France (3,9 millions), les Pays-Bas (1 million), le Royaume-Uni (0,9 millions) et la Suisse (0,8 millions). En résumé, en 1950 l'Europe occidentale hébergeait 3,8 millions de migrants, alors qu'au début des années 70 leur nombre atteignait les 11 millions. Au début du XXIe siècle, ils en totalisent 20,5 millions." (http://cubitus.senat.fr/rap/r03-273/r03-2732.html#toc15).Bien sûr, il faudrait distinguer entre migrations choisies/subies, pour le travail/pour d'autres raisons, selon les pays d'origine, voir comment ca évolue pour chaque pays, etc... Mais dire que la France is NOT attractive est un peu rapide, non?Je ne suis pas expert en migrations internationales, mais je connais bien la géographie des activités économiques, et je peux vous dire que l'affirmation selon laquelle la France n'est pas attractive est des plus fausse!Bon, à charge pour qui voudra de trouver un texte documenté permettant de faire le point de manière plus claire et plus complète sur la question !

jck 02/04/2006 13:08

"ben voyons. ce que je dis s'appuie sur des chiffres dont je donne les sources. Prière de faire de même pour les chiffres que vous citez."la meme source que toi,mais faut la lire jusqu'au bout [page 59]:une étude récente de Bailly, Mouhoub Mouhoud et Oudinet http://www-les-lundis.ined.fr/textes/Bailly-%20Mouhoud.pdf

Olivier Bouba-Olga 02/04/2006 19:04

ok, je viens de voir ces chiffres. Ceci dit, les chiffres indiqués dans mon billet se trouvent aussi dans l'article ! je n'ai pas "truqué" les comptes... L'explication de l'écart (sauf erreur de ma part) tient au fait que les chiffres que je cite s'appuient sur l'enquête LFS, ils concernent seulement les migrations pour travail (de + c'est un travail sur échantillon). LEs chiffres de la fin concernent tous les migrants. Dans un autre commentaire, quelqu'un fait un lien vers une autre étude intéressante sur les migrations, selon laquelle les migrations pour travail ne concernent que 25% de l'ensemble. Vu que mon objectif était de mettre en question l'idée reçue selon laquelle tous les français fuient au RU pour travailler, je pense que l'enquête LFS est indiquée. MAis je suis preneur d'autres résultats sur ce sujet, même si (ou surtout si) ils montrent le contraire de ce que je voulais montrer. Tout ca pour dire que y'a sans doute moyen de contester ce que je dis sans commencer par des accusations de malhonneté intellectuelle, chose que, de manière générale, je cherche à éviter!