Drôle de Mines...

Publié le par Olivier Bouba-Olga

L'école des Mines a produit un classement édifiant, repris dans cet article du Figaro. Il s'agit de contrer le classement de Shangaï, en prenant en compte non pas "l'activité de recherche des établissements ou le nombre de prix Nobel", mais  "le nombre d'anciens élèves occupant le poste de numéro un dans l'une des 500 plus grandes entreprises internationales". Dès lors, on observe que "HEC serait 7e, l'Ena 10e, Sciences Po, 11e, Polytechnique, 15e et les Mines 20e." Les Grandes Ecoles françaises sont donc à l'honneur...

Est-ce à dire qu'elles sont performantes ? Dès lors qu'on dispose d'un cerveau doté de plus de 2 neurones, on peut se dire que non : il s'agit plutôt d'un indicateur de la déficience du système français de reproduction des élites économiques de notre pays.

Pourquoi parler de déficience, me direz-vous? Ils sont peut-être très bons les dirigeants formés dans ces écoles?
Disons d'abord qu'être capable de produire de tels classements ne me semble pas être un signe d'intelligence... Ajoutons qu'il existe des études plutôt sérieuses montrant que le système de (re)production des dirigeants d'entreprises françaises n'est pas des plus efficaces...


ps 1 : merci à Stéphane pour le lien. Enfin merci... j'avais bien besoin d'être énervé ce week-end, tiens! :-)
ps 2 : ce billet n'est pas une défense du classement de Shangaï, qui présente des limites évidentes (comme tout classement d'ailleurs, qui, dès qu'on a décrypté son mode opératoire, peut être très facilement instrumentalisé. Si j'ai le temps, je vous donnerais un de ces jours les 4 conseils pour monter très vite dans le classement sans rien changer de vos pratiques!). Mais ca me semble plutôt contre-productif de bâtir un classement stupide pour le contrer.

Publié dans Université

Commenter cet article

Xxx 01/10/2008 12:00

A l'occasion je serais effectivement preneur de ces fameux conseils permettant de monter atificiellement dans un classement, voire de "démonter" les classements des autres!

bof 24/09/2008 19:19

international? français?
comprend pas
dois avoir un neurone et demi
en quoi la direction d'entreprises internationales, s'il s'agit bien d'entreprises internationales, a t elle à voir avec le système de reproduction français des élites?
le pb est reproduction
pas élites

Anonyme 24/09/2008 18:20

Des études sérieuses, en effet. Dont l'un des co-auteurs est justement david Thesmar, Hec Paris....

Libéroïdal 23/09/2008 13:39

Si on considère que la publicité faite au classement de Shangaï sert surtout à aider les (riches) parents d'une heureuse progéniture à choisir la meilleure université accessible à leur bourse, le classement de l'Ecole des Mines vise le bon public.Qui ferait des études si ce n'est pour accéder à la meilleure position sociale possible ? Qui a les moyens de se payer les meilleures études sans appartenir à une certaine élite ?La France est ce pays merveilleux dans lequel le service public fournit la garderie dès l'âge de deux ans, mais laisse le financement des études supérieures, celles véritablement discriminantes, aux parents. L'Ecole des Mines s'aligne sur cette réalité sociale.

Veig 23/09/2008 09:50

Woouuuh hou hou :-D merci pour cette franche rigolade du matin !Effectivement, ça montre bien à quel point ces prétendues "élites" n'ont même plus le regard critique le plus élémetaire sur elles-mêmes... et à quel point elles sont coupées du reste du monde, dans leur tour d'ivoire.Par ailleurs, si la "reproduction" (à l'identique ;-) des élites est effectivement un but atteint par le système des Grandes Ecoles, son renouvellement est fortement compromis. Il suffirait de regarder des statistiques sur les professions des parents de ces élèves ingénieurs...