Qui a dit ? (2)

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Nouveau jeu!
Il s'agit d'identifier les auteurs des deux formules suivantes :

1. "Les hommes d’autrefois étaient beaux et grands. Ce sont maintenant des enfants et des nains"
2. "Nous sommes des nains juchés sur les épaules de géants"

Bon, ce ne sera pas très difficile d'identifier les auteurs. D'où une question subsidaire :
3. En quoi ces formules prennent-elles un relief particulier dans le contexte (politique) français actuel?

Publié dans Jeux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Proteos 05/04/2006 15:06

A priori la 1ère citation aurait été reprise par le sieur de Villepin himself dans un article du monde titré "Point de déclin mais un destin" le 8 octobre 2003  qui suivant l'extrait disponible pour les non abonnés serait une charge contre les "déclinoloques" (premier choix de google)!!

Olivier Bouba-Olga 05/04/2006 18:42

bien vu! je crois qu'en mutualisant les commentaires, on a toutes les réponses, je fais la synthèse et l'explication de texte demain!

AJC 04/04/2006 20:39

"Attention, AJC, à ne pas sombrer du côté obscur de  la force ! (thèse du déclin économique, intellectuel, culturel, etc...)"Bon... au niveau économique, okay, je ne vais pas rejoindre les "déclinologues".Au niveau intellectuel et culturel, faut pas déconner, la France est vraiment mal barrée.Actuellement si l'on désire lire de bons auteurs, soit on se tourne vers le passé, soit vers l'étranger. Mais en auteur ou penseur Français... mouais...A noter que cela peut trouver ses origines dans le politique, le social, l'économique. ;o) (Pour éviter de trop répondre en hors-sujet.)Il y a la confusion des champs culturels, intellectuels, artistiques et philosophiques.On peut également parler du système Français, très peu orienté vers le tout-libéral (A la base.), fortement impregné d'interventionnisme, qui a pu influencer l'état d'esprit, la manière de penser de nombreux individus.Le "tout-calibré" des diplômes et du système qui n'est pas basé sur une vision libérale de l'individu. (Ce qui, en économie n'est pas un tort selon moi... mais au niveau intellectuel et artistique, c'est autre chose... enfin bref.)La différence "culture d'élite/culture populaire" trop importante également...Enfin bon je fais le pont entre environnement économique et social, et production culturelle, artistique et intellectuelle... c'est plus de la sociologie qu'autre chose, ou de l'histoire de la pensée de comptoir.Mais néanmoins, la vision différente de l'individu véhiculée dans le discours dominant d'un pays à un autre, l'environnement économique, professionnel, social, a son influence dans la production... enfin, selon moi.AJC

L'homme de picardie 04/04/2006 16:13

Si je ne m'abuse en ce qui concerne la 2), Newton l'a effectivement reprise à son compte mais elle est originellement énoncée par Bertrand de Charte au 12è siècle.

Les nains sont les hommes du Moyen-Age et les géants ceux de l'Antiquité.
Cette phrase a pour but de louer la grandeur de l'Antiquité mais implique également autre chose : aussi petit que se considérait Bertrand de Charte, il pouvait toujours aller plus haut [plus loin, ou dans le sens du progrès] rien qu'en apportant sa petite pierre, puisque il partait de l'ensemble des connaissances édifiée par ces "géants".
Newton la reprise à son compte car elle caractérise parfaitement la manière dont avance la pensée scientifique.

Personnellement j'aime bien cette phrase car elle rejette d'un coup la vision fausse et pourtant encore massivement véhiculée d'un Moyen age barbare puis d'une Renaissance redécouvrant les trésors perdus de l'antiquité et réapprenant aux Hommes la civilisation.
Les érudits du Moyen-Age étaient au courant des textes de l'antiquité et les respectaient. C'est leur rapport à eux qui n'étaient pas le même (à l'imitation propre à la période de la Renaissance, les artistes et érudits du Moyen-Age préféraient explorer d'autres voies)

Olivier Bouba-Olga 05/04/2006 08:35

Très joli commentaire! merci pour l'info sur Bertrand de Charte. Tout à fait d'accord sur l'interprétation que vous en faites, cf. mes commentaires dans un billet à venir lorsque je mettrai fin au jeu!

AJC 04/04/2006 12:07

A noter que j'ai pris le terme "politique" au sens large : la Cité, dans son ensemble. Voilà pourquoi j'inclue la littérature, par exemple.:o)AJC

AJC 04/04/2006 12:06

Les deux premières sont en effet d'actualité...Que ça soit dans le domaine politique, économique ou intellectuel nous sommes largement en dessous de ce qui a pu être fait ces dernières décennies ou siècles.Il n'y a plus de véritables intellectuels liés à la politique, la société, la philosophie.BHL, les neo-réac's ou tous ces abrutis n'arrivent même pas à la cheville d'un Sartre, d'un Rabelais, Voltaire, ou d'une Arendt.Le dernier véritable penseur, selon beaucoup, était Bourdieu. Mouais. C'est sympathique mais pas nécessairement transcendant non plus.Il n'y a plus de véritables politiques, plus que de petits politichiens hargneux ou gâteux.Où sont les nouveaux De Gaulle, Jaurès, et autres ?On peut dire au revoir également à une véritable production artistique originale et correctement développée.Aux Etats-Unis ils ont (Ou ont eu...) Bukowski, K. Dick, Burgess, Burroughs, Easton Ellis, Palhaniuk, King, et d'autres.En France on a Beigbeider et Houellebecq. Su-per.... -_-'''En économie tout comme en politique où sont ceux qui proposent de véritables projets d'avenirs, vastes et fournissant suffisamment de rêves aux citoyens pour que cela puisse produire quelque chose ?Nous sommes dans un climat mou. Au ralenti. Les "dominants" de tous les champs sociaux bloquent plus ou moins toute évolution possible.Nous n'avons plus de véritable artiste, politique, penseur, philosophe, et nous nous reposons sur les grandeurs que d'autres générations ont bâti pour nous.Amicalement,AJC

Olivier Bouba-Olga 04/04/2006 14:30

les deux propositions ne sont pas du tout assimilables en fait... je m'expliquerai quand j'aurai tous les noms!Attention, AJC, à ne pas sombrer du côté obscur de  la force ! (thèse du déclin économique, intellectuel, culturel, etc...)