Idée reçue #2 : l'inadéquation système éducatif/système productif

Publié le par Olivier Bouba-Olga

La mise en place du CPE a reposé sur un diagnostic totalement erronée, qui s'explique par une mauvaise analyse de ce qu'est un taux de chômage (Cf. l'idée reçue #1).

Compte tenu de la crise en cours, Jacques Chirac et Dominique de Villepin cherchent des issues de secours et parmi leurs propositions, on voit poindre une nouvelle idée qui semble pleine de bon sens : si les jeunes sont au chômage (et l'on connaît le taux !), c'est parce que le système éducatif n'est pas adapté aux besoins du système productif. Dans son allocution télévisée, Jacques Chirac a ainsi appelé de ses voeux une grande réflexion sur les relations entre l'Université et l'Emploi. Extrait : "Je demande au Premier ministre et au Gouvernement d'ouvrir un grand débat national sur les liens entre université et emploi, afin de faciliter l'insertion professionnelle des jeunes" (Source ici). Dominique de Villepin s'empresse de relayer l'idée : "ce débat pourrait porter notamment sur l'orientation, l'insertion et la formation professionnelle comme sur la professionnalisation des études, l'apprentissage et le développement de l'alternance" (source ici). Sur le site Débat 2007, on trouve des propos peu éloignés sous la plume d'André Levy-Lang, dans un billet intitulé "Université Française : briser les tabous", lorsqu'il dénonce "des formations universitaires prolongées qui n’assurent pas l’emploi à la sortie".

Une fois encore, on oublie de collecter un peu d'information statistique et d'établir un diagnostic un peu solide pour circonscrire le problème à celui de l'adéquation entre système éducatif et système productif.

Petites statistiques (source : Cereq) pour montrer l'erreur et cibler le bon problème :


Concentrons-nous d'abord sur la génération 1998 : on y voit que le taux de chômage diminue très significativement avec le niveau d'étude, pour atteindre 4% pour les troisièmes cycles et grandes écoles, autrement dit un niveau de chômage quasi-incompressible. Le diplôme continue à protéger, ce sont les non qualifiés qui souffrent du chômage. Et les jeunes sortant de l'Université Française semblent ne pas trop souffrir...

Certains diront que, certes, les personnes qualifiées ont du travail, mais qu'elles sont victimes d'un déclassement, en occupant des emplois ne correspondant pas à leur niveau de formation. Voir par exemple l'article de Dubet et Duru-Bellat dans Le Monde. C'est sans doute vrai pour partie, mais on notera que dans leur article, ces auteurs s'appuient sur des statistiques concernant les bacheliers, d'une part, et les bac+4 , d'autre part, autrement dit des points de sortie non sanctionnés par un diplôme professionnalisant. Les statistiques ci-dessus sur les Bac+2 (DUT, BTS) et les Bac+5 (pour une grande part des masters (ex-dess) professionnalisant) sont bien meilleures. De plus d'autres chiffres montrent que, pour les étudiants allant jusqu'à bac+5, la qualité de l'emploi est au rendez-vous : entre 70 et 80%des bac+5 ont accès aux professions supérieures 5 ans après la fin de leurs études, proportion très proche de celle des étudiants sortant des grandes écoles (graphique ici).

Comparons maintenant les générations 1998 et 2001 : on observe une dégradation des chiffres pour tous les niveaux de formation. Mais soutenir l'idée que le problème observé en 2001 résulte d'une mauvaise adéquation entre le contenu des formations dispensées et les besoins des entreprises est plus que sujet à caution, à moins de considérer que le système éducatif s'est effondré en 3 ans... On priviligiera une autre hypothèse : sur la période, c'est la croissance qui est tombé en panne, et avec elle les créations d'emploi... Deuxième graphique instructif sur les créations d'emplois de 1995 à 2005 (source : DARES) :

La période 1994-2001 (surtout la sous-période 1996-2001) a été une période de forte création d'emplois, ce qui explique l'insertion plus facile de la génération 1998 et celle, plus difficile, de la génération 2001. Plus qu'un problème d'adéquation, c'est un problème de croissance auquel on fait face. Dans un article récent, Dubois signale ainsi qu'aujourd'hui, 125000 bac+5 sortent du système éducatif, alors que le nombre d'emplois de cadres débutants n'est que de 80000 par an. Et Il ajoute que "la situation risque de se dégrader encore plus si la situation économique reste languissante et si la politique gouvernementale de réduction des déficits publics conduit à faire baisser significativement les effectifs dans la fonction publique, en ne remplaçant pas systématiquement les départs en retraite." Certains rétorqueront que l'on forme trop de cadres. Ce à quoi on objectera qu'en France, parmi les 25-64 ans, 36% n'ont pas dépassé la troisième, contre 
18% au Danemark, 17% en Suède, en Allemagne et au Canada et 13% aux Etats-Unis. Et que le taux d'emploi des bac ou plus est de 82%, contre 58% pour ceux ayant arrété le lycée. Moins former n'est sans doute pas la bonne solution...

Ceci ne signifie pas qu'il n'y a pas de problème à l'Université, mais plutôt que le problème est ailleurs.
Il y a d'abord un problème évident de financement alloué, comme je l'ai déjà montré avec ce graphique :


Graphique éloquent qui montre que l'on prend aux pauvres pour donner aux riches, ce qui peut laisser réveur en terme de justice sociale : on concentre les moyens financiers sur les meilleurs étudiants,  ceux qui disposent déjà du plus de capital humain et de capital social. Les étudiants moins bien "dotés" se trouvent exclus des filières sélectives, notamment des filières courtes qui leur correspondent le mieux, ils s'orientent par défaut à l'Université et, pour une grande partie, échouent. Il conviendrait donc, pour réduire l'échec à l'Université :
i)  de revoir l'allocation du financement de telle sorte que ceux que l'on donne plus de moyens à ceux qui en ont le plus besoin, et non pas plus de moyens à ceux qui en ont le moins besoin.
ii) de revoir les modalités de sélection en BTS et DUT, afin que ces filières s'ouvrent aux étudiants qui n'ont pas les capacités de s'engager dans des études longues. Pour l'instant, les bons étudiants vont en BTS et DUT, mais bien sûr ils ne s'y arrêtent pas : ils poursuivent ensuite en bac+5 (pour plus de 60% de mémoire)...

L'autre problème évident relève de l'orientation des lycéens dans les différentes filières : les effectifs sont pléthoriques en psychologie ou sport par exemple, alors que l'on sait que les débouchés sont peu nombreux ; tandis que les effectifs sont réduits et chutent en sciences ou en économie, où, là, les débouchés existent. Cet autre aspect du problème n'est pas des plus simples à résoudre, puisqu'on n'imagine mal obliger les étudiants à s'orienter vers les filières en fonction des débouchés (certains en rêvent sûrement...). Il conviendrait plutôt de les y inciter. En commencant, sans doute, par leur dire que le monde de l'entreprise ne ressemble pas à la caricature qu'en proposent Laurence Parisot et Serge Dassault quand ils annoncent une inévitable précarité, et en évitant d'institutionnaliser cette précarité en mettant en place un contrat non adapté au problème des personnes peu qualifiées...

Ajoutons, pour répondre à Dominique de Villepin, que la professionnalisation des études est en cours depuis bien longtemps (je m'interroge sur sa connaissance du fonctionnement de l'Université Française...) : les masters professionnels sont conçus en lien étroit avec les professionnels du domaine, il est obligatoire que 50% des intervenants soient des professionnels, un stage de fin d'étude de 3 mois minimum est imposé, etc. Avant cela, de nombreux jeunes partent en stage (via par exemple les Unités d'Expérience Professionnelle : ces stages remplacent, à la Faculté de Sciences Economiques de Poitiers --ce n'est qu'un exemple!-- un semestre de licence ou un semestre de master 1) et/ou effectuent des séjours à l'étranger (système Erasmus). Des licences professionnelles se sont également développées un peu partout en France. Au total, à l'Université de Poitiers, en 1995, 2500 étudiants sur 30000 partaient en stage chaque année. Ils sont aujourd'hui 6000 pour 24000 étudiants. Si bien que l'on estime que 80% des bac+4 et 5 ont déjà au moins une expérience professionnelle (merci à la Présidence de l'Université, et plus particulièrement à Stéphane, pour ces infos!).

Signalons également que cette collaboration étroite entre système éducatif et système productif s'observe également à des niveaux plus bas de formation (merci à Virginie pour les liens!) : tout un ensemble d'accords, de conventions générales et de conventions cadres sont signées entre le Ministère et les branches professionnelles (voir sur ce site) et chaque année, de nombreux diplômes sont rénovés pour tenir compte de l'évolution des besoins (voir ici des exemples).

Il y a bien sûr des choses à faire pour que plus de jeunes s'orientent vers ces filières professionnalisantes.
Il convient bien sûr de toujours s'interroger sur les moyens d'améliorer les formations dispensées à l'Université. Mais le coeur du problème, aujourd'hui, n'est pas là.

Le problème tient plutôt :
i) du côté de l'Université, à un sous-investissement dans la recherche et dans l'enseignement supérieur, qui sont pourtant deux moteurs essentiels de l'innovation et, par voie de conséquence, de la croissance, sans laquelle la création d'emploi ne pourra pas repartir,
ii) du côté des personnes non qualifiées, au fait que 160 000 jeunes sortent chaque année du système éducatif sans qualification, ce qui rend leur employabilité quasiment impossible, et ce qui les exclue du marché du travail, même quand la croissance est là.

Bien sûr, certains diront que la résolution de ces problèmes suppose plus d'investissement de l'Etat, or on ne peut pas : la dette publique française est trop importante !!! Mais là, on s'attaque à une autre idée reçue, qui méritera bien un autre article...

Commenter cet article

Romain 19/11/2006 20:39

J e suis un bachelier 2006 issu d\\\'un bac technologique industriel (STI électronique). Lorsque vous dites que les IUT et les BTS ne jouent pas le jeux pour prendre des élèves issuent de sections techniques je ne suis pas d\\\'accord.     En effet, je parle pour les BTS industriels tout d\\\'abord, il y a en très grande majorité des élèves de bacs technologiques, puis quelques élèves de bas professionnels et pour terminer quelques exceptions venant de filières générales.    Concernant les IUT, la proportion actuelle est de 50-50 entre technologiques et généraux pour la plupart des sections.    On ne peut donc pas dire que les BTS et IUT recrutent beaucoup d\\\'élèves qui sont destinés à la base à poursuivre leus études à bac+5. L\\\'analyse devrait  etre faite à l\\\'inverse. De nombreux élèves assimillent des compétences où ils se sentent à l\\\'aise dans ces filières professionalisantes en deux ans. Leurs parcours pour parvenir au diplome pose généralement peu de problèmes (encadrement très présent, programmes adaptés aux sections d\\\'origines des élèves et un rythme qui reste faisable). Cela les pousse donc au final à continuer leurs études ce qui ne leur était pas envisageable à la base (à 18 ans, 5ans d\\\'études cela semble très long beaucoup veulent alors quitter au plus vite le systeme éducatif et les parcours moyens aux lycée peuvent pousser à revoir leurs ambitions à la baisse).   A l\\\'inverse dans les universités des élèves ambitieux vont dans certaines filières comme médecine ou droit où les places en deuxièmes années sont chères.Une bonne partie se rend alors compte que le niveau est différent du lycée et le manque d\\\'encadrement voir d\\\'organisation à l\\\'université peut en décourager plus d\\\'uns. Le départ vers les écoles où les IUT ne sont alors pas rares. Ensuite on voit de nombreux élèves arrivant à l\\\'université en ayant été mal orienté et qui montrent peu de motivations ou d\\\'assiduités et qui se retrouvent finalement en échecs pour finir par faire plusieurs premières années dans des sections différentes ou désirant partir vers des sections courtes comme les BTS ou IUT. L\\\'université dans ce cas court circuitent une partie de ses meilleurs éléments.  La non sélectivité dans les universités donnent une image néfaste. Pourquoi aller dans des filières ou le taux de passage est de l\\\'ordre de 25% en prenant le risque de perdre une année plutot que de tenter des concours ou des admissions pour des écoles ou CPGE sur dossiers ou le taux de personnes pris est de l\\\'ordre du meme pourcentage mais où les chances de terminer ses études sans échecs est beaucoup plus faibles et où les salaires moyens de sorti sont souvent plus élevés?

econoclaste-alexandre 10/04/2006 00:12

Je ne suis pas sûr que maintenant, les "meilleurs élèves" prennent les places dans les IUT. Les echos que je reçois de la part de mes collègues (échantillon qui vaut ce qu'il vaut) qui y sont traduisent plutôt une sélectivité de plus en plus faible faute de candidats. Cela dit, ça gagnerait à être vérifié sur la France entière. La question n'est pas pour eux de "jouer le jeu" mais quand on doit faire une sélection de candidats a priori, ben on prend ceux qu'on considère comme les meilleurs pour remplir un nombre de places prédéterminé, tout simplement.Pour moi, remédier aux problèmes de l'université, c'est augmenter les droits d'inscription (quitte à ce que cela soit progressif/revenu des parents, ou avec des bourses plus nombreuses) et sélectionner à l'entrée. Mais bon, c'est pas trop dans l'air du temps :-)

Olivier Bouba-Olga 10/04/2006 05:36

* sur le premier point, baisse démographique oblige, tout le monde se bat pour attirer les étudiants, les classes prépas et les dut ont du mal à remplir, donc je veux bien croire que vos collègues aient l'impression d'une baisse tendancielle. Mais je vous assure qu'à la fac aussi, on ressent cette baisse tendancielle ! Et je ne dis surtout pas que, "mon dieu,  le niveau baisse etc...", mais que de moins en moins de bons élèves vont sur les bancs de l'Université.* sur les dut, bts, je crois que l'essentiel passe par l'info que l'on peut donner aux lycéens, leurs expliquer qu'il n'y a pas de hiérarchie classe prépa / dut / fac, mais des filières pour des projets différents, etc. Et chasser les idées reçues sur la fac, car tout a beaucoup évolué (disons que c'est quasiment le lycée jusqu'à bac+3)...* sur ce qu'il faut faire : accroître les moyens, c'est sûr, en augmentant les droits d'inscription, pourquoi pas (à condition effectivement de moduler avec le revenu + d'accorder plus de bourses). Selectionner à l'entrée? mais que fait-on alors de tous les lycéens non sélectionnés?

enzo d'aviolo 08/04/2006 18:22

plutot que de revenir sur le fond de la démonstration très convaincante, j'aimerai revenir sur l'utilisation sous-jacente de cette idée reçue!
De la même façon que l'on a utilisé le CPE pour stigmatiser une partie de la population à des fins de flexibilité du travail sans l'annoncer clairement (idem de façon détournée pour le CNE qui ne concerne que les entreprises de moins de 20 salariés), l'ump se sert du pseudo problème universitaire de façon totalement idéologique dans un seul but, aboutir à un financement privé de l'enseignement supérieur ou l'on aurait l'université total ou l'université danone qui financeraient leurs étudiants forcément correctement formés professionnellement puisque entièrement formatés pour l'entreprise  à la base du financement......tout n'est qu'idéologie dans ces attitudes!
j'attends enfin impatiemment l'idée reçue n°3 car effectivement il y a beaucoup à dire sur ce déficit budgétaire pseudo responsable de tous les mots (l'exemple des états unis est éloquent pour démontrer le contraire)
j'ai une dernière idée reçue à évoquer pour démonstration, la fameuse baisse des charges patronales des entreprises dont on nous rabache les oreilles chez les libéraux depuis 30 ans, alors que tous les essais ont montré leur inutilité économique et leur désastre en terme de solidarité sociale!
bon courage

econoclaste-alexandre 08/04/2006 11:55

Je doute de l'interprétation du dernier graphique pour plusieurs raisons.Premièrement, le coût comparé fac-DUT et STS-CPGE est faussé par le fait que l'enseignement secondaire, de façon générale, coûte cher en France. Je vois mal comment on distingue dans les statistiques ce qui s'affecte spécifiquement à ces sections (un prof dans un lycée avec STS et CPGE peut travailler dans le secondaire et le supérieur). Il faut aussi se poser la question des domaines traités.Les BTS et DUT sont déjà des filières ouvertes pour les étudiants ne s'engageant pas dans des études longues, infiniment plus que l'université! j'avoue ne pas comprendre cet argument. Certes, une bonne part d'étudiants de DUT continuent leurs études après leur diplôme. Mais leur diplôme leur permet d'exercer une activité professionnelle, ce que concrètement, ne permet pas un deug. Par ailleurs les DUT font partie des rares filières de l'université dotées correctement, courtes, qui fournissent un emploi, et qui sont socialement assez mixtes (des filières comme GEA ou TC accueillent beaucoup de bacheliers tertiaires par exemple). Que veut dire "revoir les modalités de sélection"? ce qui est un problème dans l'université, ce sont les filières non sélectives encombrées d'étudiants sans avenir professionnel. Staps est devenue un problème le jour où la sélection (sur critères sportifs!) y a été interdite.Il n'y a pas un problème de l'université, parce que l'ensemble est très hétérogène et recouvre des choses qui fonctionnent bien ou très bien, et des choses qui ne fonctionnent absolument pas. A Rennes par exemple, le contraste entre Rennes 1 et Rennes 2 est saisissant.

Olivier Bouba-Olga 09/04/2006 08:05

* il peut y avoir de petits problèmes de calcul, mais franchement, je ne crois pas que ce soit déterminant. D'ailleurs, sur l'exemple que vous citez, chaque établissement sait très bien combien d'heures sont faites en son sein et par qui, si bien que le fait qu'un même individu fasse des cours en DUT et d'autres à la fac ne doit pas poser de problème.* je ne demande pas de déshabiller pierre (les dut) pour habiller paul (la fac) car effectivement "les DUT font partie des rares filières de l'université dotées correctement, courtes, qui fournissent un emploi, et qui sont socialement assez mixtes" (avec une nuance : le niveau des emplois occupés est assez faible). Mais plutôt d'insister sur le sous-investissement à l'Université.* je persiste : il y a un vrai effet pervers dans le système quand des élèves moyens, qui n'ont pas les capacités de mener des études longues, ne peuvent aller dans des filières courtes car de meilleurs élèves ont pris les places. Meilleurs élèves qui, de plus, ne s'arrêteront pas à bac+2 mais reviendrons ensuite dans les filières classiques...*quand je parle de revoir les modalités de sélection : les BTS ont vocation à accueillir des bacs technologiques, les DUT aussi au moins en partie... je ne suis pas sûr qu'ils jouent le jeu...* après, à l'Université, il y a effectivement à différencier selon les filières. Mais le problème n'est jamais un problème d'adéquation entre formation et besoins des entreprises.

vulgos 07/04/2006 19:28

Waow, impressionant.
Quelles sont les solutions pour le problème des non-qualifiés? Même dans les pays qui traitent le mieux le problème il reste 15% de jeunes non-qualifiés. Ce chiffre est-il améliorable? Les jeunes non-qualifiés de ces pays qui font mieux que la France (USA, Danemark, Allemagne, Suède, etc) ont-ils comme en France un taux de chômage de 30% après 3 ans ou s'en sortent-ils mieux aussi sur ce point?

Olivier Bouba-Olga 10/04/2006 05:58

je crois que la seule solution passe par la formation (initiale et continue) et l'accompagnement de long terme, mais ce n'est pas simple. Et quand parfois ca marche, ce sont les moyens financiers qui font défaut... Sur les non qualifiés aux USA et en  Europe du Nord, quand c'est pas du chômage, c'est des petits boulots précaires... Il y a avait un article dans Le Monde daté du 8 avril sur le cas de la Suède, un autre sur l'Italie, les deux font un peu peur...