Ici Londres #3

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Ben Mince alors! J'apprends ce matin qu'une entreprise française (Peugeot) implantée au Royaume-Uni (à Ryton, près de Coventry) va fermer son usine d'ici 2007 ! Et pourquoi donc? Car "une Peugeot 206 coûtait 400 euros plus cher à produire à Ryton qu'à Poissy ou à Mulhouse" (dixit un porte parole du groupe).

Bon, moi je dis stop : tout le monde sait que l'avenir économique passe par un coût du travail plus faible (la Chine a de l'avenir) ou par un marché du travail plus flexible (le Royaume-Uni a de l'avenir), non?

Et bien non, justement : ce que les entreprises souhaitent minimiser, c'est l'ensemble de leurs coûts. Bien sûr, le coût du travail en est une composante. Mais il convient également d'intégrer le différentiel de productivité, qui nous renseigne sur l'efficacité de l'heure travaillée. Et aussi --et dans l'exemple de Peugeot, ca compte-- l'ensemble des coûts de coordination (d'autres diraient des coûts de transaction) : entre l'entreprise et ses fournisseurs, d'une part, entre l'entreprise et ses clients, d'autre part. Or, Peugeot indique que le sur-coût britannique s'explique principalement par "des coûts logistiques plus élevés : non seulement la majorité des fournisseurs n'est pas implantée en Grande Bretagne et nous envoie des pièces, mais nous exportons 70% de la production vers le reste de l'Europe" (Cf. Le Figaro ou Libé). Bref, le site britannique est globalement moins compétitif que les sites français...

Ce qui fait dire à un syndicaliste anglais : "Tout cela s'inscrit dans le cadre d'un déclin de l'emploi industriel, plus rapide en Grande Bretagne que dans n'importe quel autre pays d'Europe de l'Ouest".

Tu vas voir, un de ces jours, un Hurluberlu d'Outre-Manche va nous dire que l'économie française a de l'avenir...



Publié dans Entreprise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Olivier Bouba-Olga 21/04/2006 17:14

remarques intéressantes, il faudrait enquêter de plus près pour y voir plus clair MAIS : la comparaison des niveaux de productivité ne suffit pas, il faut aussi tenir compte des coûts de transaction : une fois produite, combien coûte l'acheminement vers les clients? Combien coûte l'acheminement des pièces des fournisseurs vers l'usine? Existe-t-il des problèmes d'adaptation suite à l'éloignement avec les différents partenaires? etc...Il est clair aussi que la stratégie de Peugeot peut faire évoluer l'avantage relatif des différents sites dès qu'on a déplacement de la demande desservie par exemple.Tout ca pour dire que la remarque de Rhys n'est pas contradictoire avec l'argument du porte parole de Peugeot : le premier insiste sur les différences de coût de production, le second sur les différences de coût de transaction.

Nico 21/04/2006 16:48

D'autres chiffres intéressants, dans le Times d'hier : Professor Rhys has calculated that Peugeot made 67 cars per worker at its height of production in 2003, which was 24 per cent higher than Poissey [c'est comme ça qu'ils l'écrivent chez Murdoch !], a French factory that makes the 206 also produced by Ryton. He said: “Peugeot are claiming that it costs more to build cars here. But I would be flabbergasted if that were true. The same with Spain, I would be very surprised if it costs more here than in Spain.Et pour Econoclaste-Alexandre oui effectivement c'est l'usine Nissan de Sunderland (voir wikipedia ) qui est la plus productive d'Europe (du monde ?).

AJC 20/04/2006 22:38

Heu, pour note, c'est au niveau de l'industrie manufacturière que ce pourcentage a augmenté... ^^' (Je précise...)

AJC 20/04/2006 22:35

Concernant la part des filliales étrangères dans l'emploi du pays, elle n'a fait qu'augmenter en France de 96 (25,82%) à 2002 (Plus de 30%), selon les chiffres de l'OCDE...Hum... y'a quelqu'un qui a des chiffres plus récents, à ce sujet ? Histoire de voir si le fait que l'on est très productif, compétitif, nid de citoyens très qualifiés possède une influence positive encore de nos jours sur l'emploi dans notre pays...AJC

Olivier Bouba-Olga 21/04/2006 06:28

De 2002 à 2006, les choses n'ont pas évolué si vite, la France continue à attirer les investisseurs! si je trouve d'autres données, je les mets en ligne.

Olivier Bouba-Olga 20/04/2006 16:58

chiffres très intéressants! on pourrait penser qu'il y a contradiction entre les chiffres de l'OCDE (baisse de l'emploi industriel en France) et ceux du ministère (augmentation de la production industrielle pour la France), mais en fait, non, j'y reviens dans un prochain billet!