Universitaires créatifs

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Des enseignants chercheurs d'une UFR d'une Université Française, opposés aux réformes actuelles, ont décidé de faire la grève des cours jusqu'au 10 mars prochain. Cependant, pour éviter que les étudiants ne désertent l'Université, ils proposent d'organiser des cours "alternatifs". En indiquant que ces cours "alternatifs" pouvaient très bien correspondre aux cours initialement supprimés...

Publié dans Recherche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Olivier Bouba-Olga 05/03/2009 12:16

@ laurent : * sur ma position par rapport aux réformes en cours, voir le texte de Michel Grossetti que j'ai posté sur mon blog, ainsi que celui de Gizmo, auquel j'ai dit ici souscrire largement* mon petit billet ne critique pas la mise en place de cours alternatifs, je ne vois pas non plus où je dis que les cours ne seront pas rattrapés : je trouve simplement "cocasse" de proposer comme cours alternatifs les cours que l'on a supprimé! Bref, c'était plutôt un billet d'humour qu'autre chose, désolé de froisser les susceptibilités!* si tu veux mon avis sur les modalités de mise en oeuvre du mouvement : je doute vraiment de l'efficacité de bloquer les cours pendant des mois, je doute beaucoup moins des problèmes que ca va poser pour la passation des examens et la réussite des étudiants, ainsi que sur l'attractivité des universités...

Laurent Willemez 05/03/2009 11:39

Cher collègue,Bravo pour la disqualification d'une position et d'un mouvement, dont je peux parfaitement comprendre qu'ils ne sont pas partagés par tous les collègues. Mais, et désolé de faire la morale, ces divergences ne devraient pas mener à l'amalgame. ce n'est évidemment pas de cela qu'il s'agit, mais simplement de cours alternatifs : les enseignements seront rattrapés, bien évidemment...Les  bras m'en tombent à moi aussi de lire pareille mauvaise foi et de voir des E-C livrés ainsi à la vindicte publique. Surtout venant d'Olivier.Laurent Willemez, membre du département incriminé.

Olivier Bouba-Olga 05/03/2009 06:07

@ FL : mon titre était ironique, bien sûr!@ Pierre : j'ai écrit ce billet juste parce que les bras me sont tombés devant une telle proposition : on supprime les cours, et à la place, on dispense les cours que l'on a supprimés! Sur le fond, d'accord avec vous, les étudiants ne sont concernés que de très loin.

Pierre 04/03/2009 20:52

Sauf pour les étudiants qui se dirigent vers la recherche et l'enseignement, ces cours alternatifs risquent fort de ne concerner les étudiants que de très loin. n'est-ce pas un peu forcer les étudiants à "écouter" (ou assister) des cours ou vous parlez de vos propres revendications. (Je suis doctorant et je les trouve profondément légitime, mais ce n'est pas pour autant que je pense que les étudiants sont directement concernés par le changement de statut des enseignants chercheurs).

FL 04/03/2009 12:25

je suis pantoise devant tant de créativité. Deux possibilités :- soit le cours n'est pas celui qui est supprimé, et d'un point de vue culturel, c'est certainement très bien, mais ça ne répond en rien au problème des enseignements manqués- soit le cours est celui qui est supprimé (sous réserve qu'il soit accessible à l'ensemble des étudiants pour lesquels il était normalement prévu) et  je ne sais pas alors si c'est créatif, mais plus simplement, il suffit de se déclarer en grève tout en faisant cours... ce qui n'est pas vraiment une nouveauté... pourvu bien sûr qu'on se déclare gréviste...