L’Académie de Poitiers n°1 (en partant de la fin)

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Le ministère vient de publier les chiffres sur les étudiants inscrits dans l'enseignement supérieur à la rentrée 2007 : 2 191 285 étudiants en 2007-2008, contre 2 217 819 en 2006-2007. Soit une baisse de 1,2% (il s'agit des chiffres France Métropolitaine). Seules les académies de Corse, de Clermont-Ferrand et de Nantes voient leurs effectifs augmenter. La plus forte baisse ? L'Académie de Poitiers, 1308 étudiants en moins, soit une baisse de 2,9%. Devant Toulouse, -2,4%.

Les chiffres 2007-2008 sont décomposés entre « Université hors IUT », « formations courtes » (elles-mêmes décomposées entre IUT, STS et écoles paramédicales), « Grandes Ecoles », et « Autres formations ». Mais on ne nous donne pas dans le document les chiffres de l'année précédente, pour voir où la baisse a été la plus forte. J'ai donc récupéré les chiffres de la rentrée 2006 pour affiner le diagnostic.


Poitiers

2006-2007

2007-2008

variation absolue

taux de croissance

taux de croissance France

Université hors IUT

27 054

25822

-1 232

-4,6%

-3,1%

IUFM

1724

1654

-70

-4,1%

-5,6%

Formations courtes

11 606

11522

-84

-0,7%

0,9%

Grandes écoles

4 631

4638

7

0,2%

5,3%

Autres formations

842

913

71

8,4%

-2,0%

Total académie

45 857

44549

-1 308

-2,9%

-1,2%


Compte tenu du poids de l'Université hors IUT dans l'académie (59% du total en 2006-2007), on observe sans grande surprise que c'est là que se situe l'essentiel de la baisse. Sans surprise, mais quand même : l'Université hors IUT pèse 59% de l'ensemble, mais 84% des baisses... Sur les autres composantes, l'IUFM fait plutôt mieux (moins mal) que la moyenne, les formations courtes et les grandes écoles font moins bien.

Pour affiner encore le diagnostic, il faudrait creuser du côté des évolutions démographiques, en regardant par exemple si le nombre de lycéens baisse plus fortement dans l'Académie de Poitiers que dans les autres Académies. Si quelqu'un a ça sous la main, sinon je chercherais à l'occasion.

En attendant, petite suggestion aux étudiants et enseignants-chercheurs qui bloquent l'Université de Poitiers : il serait plus opportun de bloquer les accès non pas avant que les étudiants entrent en cours, mais plutôt après, pour éviter qu'ils ne s'échappent... 

Publié dans Université

Commenter cet article

Sophie 16/03/2009 20:20

Je ne pense pas qu'en laissant les réformes actuelles se faire comme si de rien était, et par conséquent aller dans le sens d'une dégradation de l'encadrement à l'université (suppression de postes, diminution des moyens, j'en passe), les bacheliers rempliront de plus en plus les bancs de la faculté. Je n'évoque même pas l'augmentation à venir dans un futur proche des droits d'inscription à l'université, qui auront sans doute pour effet de dépeupler encore davantage les universités des étudiants les plus modestes.

Leila 12/03/2009 23:51

Le service du supérieur du rectorat a les chiffres et même de jolis graphiques indiquant qu'effectivement sur le Poitou-Charentes la baisse en bacheliers est plus élevée. Vieillissement de la population -rurale par exemple ? -  ? Départ des familles à grands enfants  (mobilité de carrière parentale après accumulation ?) Lors de la présentation de Postbac, j'ai le souvenir (2006 ou 2007) que des explications ont été avancées par le représentant du rectorat, mais lesquelles...

Olivier Bouba-Olga 12/03/2009 07:12

@ N. Holzschuch : c'est moins ce point là que je cherche à comprendre que la situation relative en région Poitou-Charentes, avec une baisse plus forte qu'ailleurs.

N. Holzschuch 11/03/2009 18:39

Il s'agit d'un problème général : l'Université n'attire plus. Les gens choisissent plutot les formations professionnalisantes (GE, formations courtes, IUT), et l'Université arrive en dernier, par défaut.

Denys 11/03/2009 14:38

Il semble que les Corses aient trouvé la solution. Il est grand temps de faire la liste de ses avantages comparatifs, à Poitiers.