La création de richesses en Poitou-Charentes

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Document intéressant de l'Insee (version pdf ici) sur l'évolution de la création de richesses en Poitou-Charentes entre 2000 et 2007, par rapport aux autres régions françaises. A partir des données disponibles dans le document, j'ai procédé à quelques petits calculs pour mieux comprendre les évolutions observées.

L'indicateur de base pour comparer les régions est le PIB par habitant, que je note PIB/H. Je l'ai déjà dit ici, le PIB par habitant n'est qu'un indicateur imparfait de la productivité, on lui préfèrera le PIB par emploi, noté PIB/L. Le lien entre les deux est évident :

PIB/H = PIB/L * L/H

L'accroissement du PIB par habitant d'une région par rapport à un ensemble de régions peut dès lors résulter de gains de productivité supérieurs (hausse plus forte de PIB/L) et/ou d'une hausse plus forte du taux d'emploi (L/H).

Quid de Poitou-Charentes sur la période?

En 2000, le PIB par habitant de la région était égal à 82,6% du PIB de la France métropolitaine, et à 93,3% du PIB par habitant de l'ensemble des régions hors Ile de France. Ces chiffres sont passés respectivement à
84,1% et à 94,5% en 2007. On a donc eu un effet rattrapage vis-à-vis des autres régions.

Ce rattrapage s'explique l'évolution relative de la productivité, plutôt que par une évolution favorable du taux d'emploi : le PIB par emploi est en effet passé de 93,3% à 94,7% par rapport à l'ensemble des régions hors Ile de France et de 85,7% à 87,1% par rapport à l'ensemble des régions. On observe encore une sous-productivité de Poitou-Charentes, mais moins forte qu'avant.

L'évolution du taux d'emploi a peu joué : par rapport à l'ensemble des régions, le taux d'emploi était à 96,4%, il est passé à 96,5%. Il a même joué plutôt défavorablement vis-à-vis des régions hors Ile de France, puisqu'il est passé de 100,1% à 99,8%.

Est-ce à dire que les entreprises picto-charentaises sont devenues plus performantes? Pas sûr : comme le signale l'Insee, ceci est dû en partie à des effets de structures, avec un désengagement de secteurs avec des emplois à faible valeur ajoutée (agriculture), et un engagement dans des secteurs à emplois à plus forte valeur ajoutée (activités immobilières et financières).

Commenter cet article

Noutiquen 25/05/2009 08:38

ça fait bizarre de s'apercevoir que 22% des exportations de la régions dépendent du cognac. . .je veut bien les mêmes chiffres concernant uniquement la charente. . .

Julien 24/03/2009 10:21

Et sur la nature même du PIB, aucun commentaire ?