Les conflits d'usage autour de la ressource en eau

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Vient de paraître dans la revue Flux un article co-écrit avec Pascal Chauchefoin et Jacques Mathé, intitulé "Innovation et territoire : une analyse des conflits d'usage autour de la ressource en eau, le cas du bassin versant de la Charente", Flux, 2006, n°63/64, p. 32-41. (version très provisoire téléchargeable ici, si certains sont intéressés par la dernière version, envoyez-moi un mail).

On montre que :
i) sur le bassin versant de la Charente, le problème ne se réduit pas à l'opposition agriculteurs/ostréiculteurs : l'urbanisation/périurbanisation (problème de l'étaement urbain), le développement du tourisme et de la navigation de plaisance, ainsi que (dans une moindre mesure) les pollutions industrielles ne sont pas sans poser problème.
ii) de plus, on a trop tendance à réduire le problème à l'échelle locale, en oubliant les déterminants non locaux. C'est particulièrement le cas lorsqu'on dénonce ces "méchants" agriculteurs qui, spécialisés dans le maïs irrigué, pénalisent l'activité ostréicole. Or, cette spécialisation dépend très largement du système d'incitation de la Politique Agricole Commune. La résolution du problème passe donc aussi par une évolution des politiques européennes (en cours, avec la mise en oeuvre du découplage des aides)... et des politiques nationales en matière d'agriculture.

J'ajouterai que l'on se contente la plupart du temps de réagir à chaud, lorsque le problème survient, été après été, plutôt que de mettre en oeuvre, à froid, une politique de long terme en s'interrogeant sur les modalités d'une transition vers une activité agricole moins génératrice d'externalités négatives. Tendance que l'on retrouve dans la plupart des domaines de l'action publique, d'ailleurs.

C'est en tout cas ce que j'ai essayé d'expliquer sur France Bleu La Rochelle le 6 août dernier, qui m'a sollicité pour une petite interview après avoir vu sur mon blog que je travaillais sur le sujet (vive les blogs!). La parution de l'article vient donc à point nommé.

J'ajoute enfin que le problème est loin d'être exclusivement picto-charentais, si l'on en juge par les articles parus récemment dans Le Monde, ici et .

Publié dans Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Olivier Bouba-Olga 14/08/2006 17:45

merci pour le "prodigieusement intéressant"! sur le dernier point, la transition sera en effet plus ou moins facile, je crois qu'elle est inévitable, pas seulement d'un point de vue environnemental, mais aussi d'un point de vue économique : l'accroissement de la concurrence oblige les agriculteurs à se différencier, à aller sur de la qualité, sur des labels, etc. Si les incitations sont suffisantes et si la ligne politique ne change pas tous les 4 matins, ils devraient y arriver. Pour l'instant, l'inertie la plus forte (ou la plus dommageable) est plutôt celle de certains politiques (j'y reviendrai très bientôt avec une interview... mémorable!

brigetoun 13/08/2006 10:50

dans mon ignorance j'ai tout de même trouvé l'article prodigieusement intéressant. Bien sur il me semblait déjà que le conflit est moteur, en tout d'ailleurs, à condition d'être régulé, et que les décisions ne peuvent être prises uniquement à l'échelo local (mais il faut un aller et retour). Mais je me demande si l'espoir globalement apporté par la réforme de la PAC sera bien vécu comme cela au niveau individuel