Qui va payer la taxe carbone?

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Le gouvernement français met en place une taxe carbone une contribution climat-énergie. Christine Lagarde l'estime à environ 15€ la tonne de CO², en deça des 32€ préconisés par la commission présidée par Michel Rocard. Une question importante : qui va, au final, payer cette taxe? Christine Lagarde nous dit que "les entreprises supporteront, comme les ménages, la contribution climat-énergie.". Peu crédible : les entreprises ont assez largement la capacité de répercuter la taxe sur les prix de leurs produits, ce sont donc essentiellement les ménages qui , au final, paieront. La vraie question est de savoir si, au sein des ménages, certains auront plus à la subir que d'autres.

Un article sur Vox-Eu, par Corbett Grainger et  Charles Kolstad (Université de Californie, Santa Barbara) permet de se faire une petite idée sur la question. Ils s'interrogent sur l'impact d'une hausse du prix de la tonne de CO² de 15$ sur la compétititivité des entreprises américaines et sur le budget des ménages américains.

S'agissant de l'impact sur les entreprises, ils montrent que seuls 5 secteurs industriels sur 500 verront leurs coûts de production augmenter de plus de 5%. Impact faible, donc. S'agissant de l'impact sur les ménages, ils montrent que, effectivement, les plus pauvres seront plus affectés que les plus riches, avec des variations selon les modalités de calcul des revenus des ménages :


Les auteurs considèrent que l'impact n'est cependant pas si colossal que cela : 1,5 à 2,5% pour ceux qui gagnent 35000$, contre 1 à 2% pour les plus fortunés nous disent-ils. On voit quand même sur le graphique que pour la tranche la plus basse, on monte à 3 à 4,5%. Les auteurs considèrent également que les dispositions prises aux Etats-Unis doivent permettre de compenser la perte subie par les plus pauvres. Mais ils ne disent pas grand chose sur ces dispositions.

Pas grand chose non plus sur ce que le gouvernement français est en train d'imaginer pour éviter cet effet pervers, Le Monde indiquant même que "Le gouvernement, embarrassé, est en train d'imaginer une usine à gaz pour s'assurer que les plus modestes des ménages qui doivent utiliser leur voiture pour aller travailler ne feront pas les frais de la taxe carbone." Je leur souhaite bon courage...

Publié dans Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Princesse 05/01/2010 16:44



  j'aimerai bien avoir votre avis et celui du FNE sur le développement des technologies vraiment vertes en France.
Je trouve que votre association devrait aller plus loin dans la promotion de ces technologies et des entreprises qui les proposent (un peu comme le lien qu'elle a mis en place avec l'Arbre
vert).
Le problème en France c'est que l'on ne favorise pas le développement de ces nouvelles technologies.
Actuellement, le développement durable et les énergies vertes en France, c'est le nucléaire.
Selon le site romandie.ch, en 2009, le budget du CEA est notamment composé de la manière suivante : La Direction de l'Energie nucléaire (1,2 milliard d'euros en 2009), les nouvelles technologies de
l'énergie (98 millions d'euros). On est loin du 50/50 des discours de notre président.
http://www.romandie.com/infos/news2/091214182437.edd74iy1.asp
Quand on parle isolation en France, c'est la laine de vert.
Du coup, les petites entreprises qui essayent de développer des technologies alternatives innovantes ont du mal à se développer et ceux qui veulent vraiment acheter des produits écologiques
achètent souvent des produits allemand (steico pour les isolant en bois, des panneaux solaires allemand...) car on a pas d'offre alternative en france.
Ca serait intéressant qu'un lobbying positif se mette en place sur ces sujets et que les asso, les personnes influentes comme vous évoquent ces sujets.


sex toys 28/12/2009 21:50


Les économistes sont généralement d’avis que le meilleur moyen de lutter contre une pollution, c’est de lui attribuer un prix. Il existe deux façons de faire cela : instituer une taxe carbone,
c’est à dire fixer ce prix d’autorité, ou instituer un marché de droits à polluer, c’est à dire fixer d’autorité un volume d’émissions de gaz carbonique qui ne sera pas dépassé, laissant au marché
le soin de fixer le prix du carbone. En situation de parfaite connaissance du coût de la baisse de la pollution et des dommages environnementaux associés, ces deux solutions sont identiques. Aussi,
bien qu’ayant une légère préférence pour les permis, (encore que…) je considèrerai dans ce billet qu’une taxe carbone est identique en ceci qu’elle fixe un prix.


god 28/12/2009 15:15



D'abord, il aurait fallu plus, voir uniquement, insister sur le fait que la fameuse compensation ne sera pas intégrale avant de disparaitre. Cela correspond bien à une baisse du pouvoir d'achat
des français les plus modestes et a une nouvelle attaque contre la classe moyenne.


Ensuite, je dois reconnaitre que la logique du gouvernement se tient. Si cela fait plus mal de faire le plein, même si on récupère une petite partie de la somme à la fin de l'année, il n'est pas
illogique de croire que certains français vont moins utiliser leurs voitures. De plus, nombreux sont les français qui mettront moins d'essence parce qu'ils n'ont pas les moyens de faire face à
cet impôt.



mojo 12/11/2009 11:07



Pour répondre à votre question, je vous conseille tout de même le dossier de presse de l'Elysée
http://www.evadoc.com/doc/1744/la-taxe-carbone-dossier-de-presse


hugues vessemont 11/09/2009 10:15

La "taxe carbone " sarkozienne est une construction inopérante. C'est trop et pas assez, c'est surtout inadapté pour changer de comportement .Exemple : ce dispositif retire encore  plus de ressources aux collectivités locales qui, elles aussi, ont besoin de faire des investissements pour réduire leur dépendance energétique...