Les allégements de charge, ca marche?

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Dans un article récent des Echos, Bernard Salanié se désespère de la défiance de certains vis-à-vis de l'efficacité des allégements de charge sur les bas salaires. Sur son blog, il en remet une couche, en s'interrogeant sur les raisons de cette défiance. Mais, dans tous les cas, il ne doute pas d'un point :

Contre le chômage, « on a tout essayé », disait tristement le président Mitterrand. On a effectivement essayé pas mal de recettes. Mais, sauf plus ample informé, les allégements de charges sur les bas salaires sont certainement ce qu'on a trouvé de mieux. Qu'on réfléchisse bien avant de prôner leur remise en cause.

En fait, on peut être plus ample informé, les résultats des études économiques n'étant pas totalement convergents : si de nombreuses études montrent que la baisse des charges sur les bas salaires permet de réduire le chômage des personnes peu qualifiées, les ordres de grandeur obtenus diffèrent assez sensiblement, allant d'environ 100 000 à 500 000 emplois (les graphiques qui suivent sont tirés de l'étude de L'Horty et al.) :
Deuxième point, et c'est le point essentiel, certaines études montrent que l'allègement des charges permet certes de réduire le chômage des peu qualifiés, mais pèse en retour sur l'emploi des personnes qualifiées :
Si bien que l'effet total sur l'emploi n'est pas toujours des plus convaincants :
Alors bien sûr, me dira-t-on, chacun est libre de choisir son économiste en fonction de ce qu'il souhaite démontrer... En fait, non : il convient plutôt de s'interroger sur les données mobilisées par les auteurs, sur les méthodes employées, sur les effets mesurés et ceux laissés dans l'ombre, etc. Et, à ce petit jeu, l'étude la plus récente de L'Horty et al. me semble particulièrement robuste. Or, elle ne conduit pas, loin s'en faut, aux conclusions les plus optimistes :

Nos résultats établis sur des données sectorielles et temporelles suggèrent finalement que les effets volume associés aux baisses de cotisations sociales auraient été surestimés par les travaux précédents, en particulier par Crépon et Desplatz [2001] et que les effets de substitution auraient été en revanche sous-estimés. Les allègements de cotisations sociales sur les bas salaires auraient ainsi produit un effet beaucoup plus important sur la structure de l’emploi par qualification que sur le niveau de l’emploi agrégé. Ils expliqueraient l’essentiel de la progression de la part de l’emploi peu qualifié depuis 1992 mais une partie beaucoup plus faible de la progression des effectifs peu qualifiés et de l’emploi total.
Notre évaluation des effets sur l’emploi peu qualifié est un peu plus faible mais reste très proche de celle obtenue par de nombreuses études antérieures (...). En revanche, notre étude conduit à un effet plus négatif sur l’emploi qualifié ce qui explique qu’au total l’effet sur l’emploi parait être moins favorable. (article complet ici).

Ceci n'invalide pas totalement les propos de Bernard Salanié, mais conduisent à nuancer la conclusion de son article : oui, clairement, la réduction des charges permet de réduire le chômage des personnes peu qualifiés ; mais non, clairement, cette réduction n'est pas synonyme de réduction significative du chômage de masse... sauf plus ample informé, bien sûr!

Publié dans Emploi

Commenter cet article

LB 17/09/2006

@O B-O: Merci pour la précision. La substitution des travailleurs qualifiés par les travailleurs qualifiés a pour effet de baisser le salaire d'équilibre des travailleurs qualifiés. Comme le salaire des travailleurs qualifiés est rigide, cela crée du chômage chez les travailleurs qualifiés.
Mais il me semble que la rigidité du salaire des travailleurs qualifiés n'est que temporaire (contrairement à la rigidité du salaire des travailleurs peu qualifiés qui découle de la loi). En conséquence, l'augmentation du chômage chez les travailleurs qualifiés ne devrait être que temporaire.
A terme, on ne devrait à mon avis pas avoir plus de chômage chez les travailleurs qualifiés (mais uniquement une éventuelle baisse du taux d'activité) et moins de chômage chez les travailleurs qualifiés.

Laurent GUERBY 17/09/2006

@Antoine, tu ne fais que passer a 40000 euros, ça ne change pas l'ordre de grandeur.

Antoine Belgodere 17/09/2006

La réponse est sur optimum : tu te trompes, je passe à 0 euros

Laurent GUERBY 17/09/2006

En augmentant l'IR de 10% en effet, tout a fait réaliste en votant LCR :).

enzo d'aviolo 18/09/2006

merci OBO.