Coûts cachés

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Je l'ai dit souvent sur ce blog, expliquer les délocalisations par les différentiels de coût du travail n'a pas de sens : il faut intégrer d'une part les différentiels de productivité et d'autre part les coûts de la coordination à distance liés à la délocalisation (coûts de transaction).
Si on peut espérer que les responsables d'entreprises intègrent les différentiels de productivité avant de prendre une décision, on peut s'interroger sur leur prise en compte des coûts de la coordination à distance. C'est d'une certaine façon ce qui ressort d'un de mes derniers billets sur les problèmes de qualité. C'est ce qui ressort également d'une étude de McKinsey [1] réalisée aux Etats-Unis en 2005.

Graphique et explications :
Le Cabinet d'étude compare, pour deux secteurs d'activité (fabrication de plastique et habillement) les coûts liés à une production en Californie (Cal. sur les graphiques) et les coûts liés à une fabrication en Asie.
Première colonne : les gains de coût perçus par les responsables d'entreprises en délocalisant. 22% dans la fabrication de plastique, 50% dans l'habillement.
Deuxième colonne : les gains en intégrant les coûts complets, c'est à dire les surcoûts liés à la logistique, assurance, formation, défauts, etc... Ces coûts complets sont la somme des coûts de production et des coûts de transaction, ils sont souvent sous-estimés par les entreprises.
Troisième colonne, les gains de "coût complets réels après lean".

La lean production correspond à un mode d'organisation de la production ("production au plus juste") introduit par Toyota et destiné à réduire les délais, les stocks et à améliorer la qualité des produits. Et si les firmes occidentales, dans tout un ensemble de secteurs, en voient bien les avantages, elles ont parfois du mal à le mettre en oeuvre.

Ce que suggère l'étude McKinsey, c'est que les entreprises auraient intérêt à mettre dans la balance la réduction potentielle des coûts liée à cette nouvelle forme d'organisation. Au final, le différentiel de coût entre délocaliser en Asie, d'une part, ou rester aux Etats-Unis avec travail de réorganisation de l'activité, d'autre part, est considérablement réduit : 3% dans le plastique, 13% dans l'habillement. Dans certains cas, l'écart résiduel reste suffisant pour que le choix se porte sur la délocalisation (l'écart de 13% dans l'habillement). Dans d'autres cas, il est "négligeable" (l'écart de 3% dans le plastique) voire favorable aux pays développés,  surtout si l'on garde en tête que l'étude de McKinsey relève d'un travail de "statique comparative", qui néglige la dynamique des coûts.

Ceci permet de comprendre pourquoi, au final, les délocalisations vers les pays en développement pèsent peu. Ceci montre aussi que si des adaptations sont nécessaires côté pays développés, elles consistent moins à faire pression à la baisse sur les salaires qu'à faire évoluer les modes d'organisation dans l'entreprise et entre les entreprises...

Notes

[1] McKinsey, "California Manufacturing Competitiveness Initiative", 2005

Publié dans Entreprise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

savoie73 20/12/2016 12:12

Bonjour, nous travaillons sur un TPE concernant la délocalisation des entreprises textiles. Nous recherchons les facteurs de délocalisation et nous avons trouvés le coût de transaction mais nous ne trouvons pas d'informations dessus. Pourriez-vous nous aider ? Merci d'avance.

saucerotte 01/04/2010 13:03



la question de la guerre des coûts m'intéresse beaucoup.J'aurais trois questions-remarques à faire : 1- comparer les coûts en Californie à ceux de l'Asie toute entière me semble poser problème
tant les écarts sont grands entre la Corée, la Thaîlande,la Chine, le Vietnam et le Cambodge( pays que je connais assez bien) pour par exemple les coûts de l'industrie textile 2- la question
de la proximité de marchés locaux en plein développement et de facilités de réexportation joue sans doute un rôle dans le choix de la délocalisation.3-autrefois, l'occident quasi seul sur
les marchés, exportait dans le monde entier, et au 19ème siècle , le textile du Lancashire a pu ruiner le textile indien.De nos jours , les acheteurs sont de plus en plus nombreux avec le
développement du niveau de vie de nombreux pays ,asiatiques en particulier. Mais le nombre de producteurs n'augmenterait-il pas encore plus vite? créant ainsi une concurrence féroce sur les
marchés, les prix et donc les coûts ??


 



Offshore Developpement 14/06/2008 11:40

Afin de comprendre les délocalisations de services, il faut comprendre le contexte de mondialisation dans lequel nous nous situons. Je vous invite à regarder l'ITW de Nicolas Goldstein dans easybourse : www.easybourse.com/Websit...

Erard 13/03/2008 11:16

On est à 12 jours de la fermeture de notre entreprise, Sanmina a coté de Cherbourg, 300 personnes en CDI + 300 intérimaires . Le plan social aura été exemplaire, pas de vague, pas de débordement, en échange d' un espoir de ré-industrialisation.  Ce n'était qu'un leurre, Alcatel nous a vendu, Thalès nous a roulé les médias nationaux nous ont boycotés. Il ne nous reste plus que nos yeux pour pleurer.Pendant ce temps les dictateurs chinois peuvent tranquilement continuer leurs sales besognes, avec la compicité passive de nos hommes politiques.

Teamthermo 15/10/2007 17:02

Bonjour, et bravo pour vos articles.Travaillant dans une usine industrielle, secteur d'activité : matériel de laboratoire, nous avons également vécu les effets de ces choix:Tout d'abord un voeux d'"excellence" pour l'usine, en appliquant des techniques "lean" : super : cela a permis à une minorité (1 personne !) de booster leur carrière et de délaisser l'usine.Ensuite, le groupe américain dont nous dépendont s'est occupé de nous : taille trop petite par rapport aux autres, rationnalisation du nombre de sites,... et surtout : profits des actionnaires chéris à choyer! Résultat : notre usine flambant neuf (2004 : en travaux ) ferme malgré de bons résultats, 115 emplois, et un carnet de commande rempli... Alors malgré le "lean", on y arrive quand même à la délocalisation, s'il n'y a pas des personnes "couillues" à la direction , qui mouillent leur chemise pour un site.Passez faire un tour sur thermochateaugontier.over-blog.com, pour voir un gâchis parmi tant d'autres...