Vieille femme laide et handicapée d'origine maghrébine cherche emploi de cadre dans une grande entreprise parisienne...

Publié le par Olivier Bouba-Olga

J'ai parlé ici d'une étude du BIT sur la discrimination à l'embauche. Voici les résultats d'une autre étude menée par Jean-François Amadieu (Paris I), qui dirige l'observatoire des discriminations. La méthodologie est la suivante :

Nous avons comparé les résultats (convocations à un entretien d’embauche) qu’obtenaient un candidat de référence (homme de 28-30 ans, « français de souche » par son nom et prénom, sans photo) et des candidats factices susceptibles d’être discriminés en raison de :i) l’âge : un homme de 48-50 ans, ii) du genre et du nombre d’enfants : une femme avec 3 enfants, iii) de l’origine : nom et prénom du candidat à consonnance maghrébine, iv) du handicap : reconnaissance cotorep, v) de l’apparence physique : visage disgracieux

Résultats d'ensemble par type de discrimination :

Quand le candidat de référence obtient 100 entretiens d'embauche, une personne de 48-50 ans en reçoit 32, soit environ trois fois moins et une personne d'origine étrangère 36 ; etc... L'âge serait donc le premier facteur de discrimination.

Il y a d'autres résultats intéressants dans cette étude, je vous laisse les découvrir. Pour faire court : une vieille femme laide d'origine maghrébine reconnue cotorep et cherchant un emploi de cadre dans une entreprise parisienne de plus de 200 personnes a plus de chance de gagner au loto en jouant tous les trente-six du mois que de recevoir une réponse positive pour un entretien d'embauche après avoir envoyé un demi-million de candidatures...

Publié dans Emploi

Commenter cet article

Comment 25/12/2015 21:43

Le physique est le premier critère de discrimination, le racisme, je n'y crois plus, de plus, beaucoup de personnes d'origines étrangères, ayant ou pas la double nationalité, discriminent également pour cette même raison, mais iront crier à un pseudo racisme à la moindre phrase de travers.

Ils font aux autres ce qu'ils ne souhaitent pas subir pour eux mêmes.

Comment 26/12/2015 10:53

Pardon, au moindre mot de travers.

Comment 25/12/2015 21:33

Je suis quasiment dans ce cas.

Comment 25/12/2015 21:50

Laide
Maghrébine
Pas un seul diplôme

En fait, je suis pire.

PIPOF 13/04/2007 19:35

Vos sources et les conclusions que vous en tirez semble en contradiction avec les éléments fournis par la HALDE (source le Monde 2006) qui constate que l\\\'origine raciale ou ethnique serait le facteur descriminant le plus élevé, beaucoup plus important que l\\\'âge.

Comment 25/12/2015 21:47

Laide
Maghrébine
Pas un seul diplôme

En fait, je suis pire.

Erotica51 31/03/2007 18:08

Bonjour Monsieur
Votre étude est très proche de la réalité en effet :
- Les femmes sont embauchées en temps partiel (30% de charges en moins pour l'employeur) et de plus en plus des femmes contraintes de travailler (veuvage, chomage, divorces). Mais peu de postes à responsabilités pour elles.
A 45ans certaines s'entendent dire qu'elles sont trop agées !
Que dire si elles ont de jeunes enfants encore à élever ! "Vous allez demander sans arret des conges maladie pour vos gosses!"
Les femmes d'origine étrangère sont rejetées meme pour de petits boulots à cause de la langue française qu'elles ont du mal à maitriser. Quand au port du voile, certains patrons commencent à l'accepter.
Il est vrai que sont surtout retenues celles qui ont un visage "jeune" et gracieux.
Quand aux personnes handicapés, les personnes des deux sexes ont encore plus de mal à trouver. Même les associations en profitent tout en les prenant en stage, de leur faire faire des heures supplémentaires, sans les payer ! Honteux !
Les hommes arrivent à avoir plus de mal à trouver du travail vers 50 ans malgré les mesures mises en place.
La politique dans ce domaine devient contradictoire, imposant aux travailleurs de bosser plus longtemps pour obtenir une retraite derisoire et des patrons qui refusent de les embaucher.
Marie
 

AJC 26/03/2007 23:42

Melanchthon : "ll est intéressant de noter qu\\\'à chaque fois que ce sujet est abordé sur un blog économique, la plupart des commentateurs cherchent à trouver des justifications rationnelles à des décisions fondées sur des préjugés discriminatoires." Il faut bien les expliquer, hein. Surtout que le racisme n'est plus réellement une explication valide... Il me semble plutôt qu'effectivement, les discriminations se soient "rationnalisées" : en gros, que les employeurs désirent juste prendre, grâce à cette merveille qu'est l'armée de réserve, ce qu'ils perçoivent comme le meilleur. (Attention, je note bien : "perçoivent". Et non pas "ce qui est".) "- le mâle blanc (vraiment blanc) de moins de 35 ans est par essence plus productif et possède plus  l\\\'esprit de compétition individuel que toutes les autres sous-espèces," Je ne pense pas avoir vu cela quelque part dans les commentaires... que ça soit implicitement ou explicitement. C'est ici ce qui se rapproche d'un racisme vraiment idiot. Il me semble que ce n'est pas ce que l'on trouve dans une majorité des choix des employeurs. "- les femmes sont moins productives et moins fiables, notamment parce qu\\\'elles ont des enfants." Les congés maternités, ça emmerde les employeurs, me semble t'il. En même temps, les charges sociales, les syndicats, etc les emmerdent aussi. La nuance, c'est qu'ils ne peuvent refuser quelqu'un sous prétexte qu'il demandera à être payé légalement. (Au statut de cadre, en tout cas.) Par contre, on peut refuser une femme. (Sous des motifs bidons, mais avec la peur qu'elle devienne une pondeuse dans l'année.) "- les gens d\\\'origine étrangère ont un capital social, culturel, symbolique... inférieur," Les gens d'origine étrangère n'ont pas TOUS un capital social, culturel, symbolique, économique inférieur. Par contre, c'est une tendance propre à la reproduction sociale : étrangement, il existe une tendance qui fait que les fils d'immigrés sont généralement moins "riches" en ces crédits que les fils de "Français de souche". C'est une erreur très grave de croire que la sociologie a posé des règles purement déterministes, sans réflexion. Généralement, les critiques de la sociologie tournent souvent autour de cela. (Lorsqu'il ne s'agit pas d'anti-intellectualisme primaire.) "- les gens au physique disgracieux ont de moins bonnes relations avec les autres" Je peux demander à une amie étudiante en psycho de me fournir les données propres à une étude qui s'intéressait aux relations entre individus selon la beauté perçue par l'un des deux interlocuteurs, si cela t'intéresse... Les résultats sont réellement flippants. Fais toi même l'expérience : regarde la différence de réaction à une demande bête et méchante ("Avez-vous du feu ?" "Je peux m'assoir là ?" "Ho, vous lisez quel bouquin ?") lorsque c'est une très jolie fille et lorsque c'est un véritable laideron (Selon les normes de beauté actuels, hein.) qui pose la question. "Une dernière remarque: apparemment, lorsque l\\\'on fait partie du groupe dominant, on tend à considérer l\\\'ordre social comme un ordre naturel. Comme aurait dit Desproges : étonnant, non ?..." Il s'agit surtout du fait qu'il est plus rassurant de se dire, lorsque l'on provient d'une classe supérieure et que l'on y reste : "je suis là parce que je l'ai voulu, parce que je me suis battu pour ce statut social et économique" que de se dire "je suis né dans une bonne famille, j'ai eu du bol parfois, et franchement je ne sais pas ce que j'aurai fait si papa-maman ne m'auraient pas payé mon école supérieure de commerce". Après, parler de reproduction sociale forte, de certains effets provoqués par l'environnement, etc. ne consistent pas nécessairement à les approuver. Ni même à affirmer qu'il s'agit là de déterminismes sociaux réels. (Ne laissant aucune chance à... non seulement la chance, mais également les efforts personnels.) C'est d'ailleurs l'erreur commune à une majorité de critiques de la sociologie. L'autre étant de croire que "chaque individu est totalement libre de son destin, quel que soit son lieu de naissance, son passé, etc". (Ce qui revient au type de pensée développé ci-dessus : "moi, je me suis battu pour être chef d'entreprise. Le fait que ça soit l'entreprise de papa n'a pas spécialement influencé les choses.") Quant à tes réflexions anti-intellectualistes avec caricature des critiques faites dans le cadre des statistiques, par exemple : s'il existe des méthodes précises autour des statistiques, de la sociologie, psychologie sociale, de l'économie, c'est JUSTEMENT pour ne pas faire dire n'importe quoi aux chiffres. :o) Amicalement, AJC