Chômage et Mobilités

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Contributions intéressantes sur le thème de la mobilité.

Chez Calculated Risk, d'abord, qui nous propose ce graphique :

UnemployedDuration

On y voit les courbes de taux de chômage en fonction de la durée du chômage (5 semaines ou moins, 6 à 14 semaines, 15 à 26 semaines et 27 semaines et plus). Le taux de chômage des deux premières catégories a diminué depuis les années 1970, les deux autres catégories sont restées tendanciellement stables. Surtout : la crise a conduit à l'explosion de la dernière catégorie.

Comment l'expliquer? Calculatedrisk y voit l'effet de l'éclatement de la bulle immobilière, à un double niveau : i) la baisse des prix de l'immobilier dissuade les personnes de vendre leur maison pour aller occuper un emploi ailleurs, leur mobilité géoographique se réduit donc (en 2008, la proportion d'individus ayant changé d'Etat sur l'année est la plus faible enregistrée depuis 50 ans), ii) nombre de salariés travaillant dans le secteur de la construction y ont développé des compétences spécifiques, difficilement transférables dans d'autres secteurs.

Chez Etienne Wasmer, ensuite, qui nous livre son rapport pour le CAE sur la flexicurité, co-écrit avec Mathilde Lemoine. Ils insistent précisément sur la nécessité d'inciter à la mobilité géographique (ils proposent quelques pistes en lien avec le marché du logement) et sur la nécessité de renforcer les dispositifs de formation, en favorisant le développement de compétences génériques, afin d'éviter l'enfermement de certains salariés sur des compétences ensuite non transférables (question de la mobilité sectorielle ou professionnelle).

On trouve dans le rapport ce graphique :

mobres.jpg

On y voit que les mobilités inter-départementale et inter-régionale sont faibles voire très faibles, et qu'elles sont plutôt stables. On reste dans des marchés locaux du travail.

On peut certes tenter d'inciter à l'accroissement de la mobilité géographique, mais je crois personnellement beaucoup plus au développement des autres formes de mobilité, via des dispositifs territorialisés de formation et, plus généralement, de sécurisation.

Publié dans Emploi

Commenter cet article

Samir KARA 09/05/2010 13:38



Les propositions de Wasmer sont intéressantes même s'il évite soigneusement les sujets qui fâchent. En particulier, la gestion des fonds de formation.  C'est la limite de
l'exercice. On voit bien que le sujet est au croisement de beaucoup d'autres : politique du logement, aménagement du territoire, éducation etc. Et puis reste la question lancinante du financement
de la sécurité sociale. Tant que celle-ci restera pour une grande part à la charge des salariés , rien ne bougera significativement. A tout ceux qui prônent la flexisecurité, je rappelle que les
Danois avaient commencé par réformer le système de financement de leur sécurité sociale en préalable aux autres changements. 



Philippe Waechter 09/05/2010 10:59



Ce qui est très différent durant cette récession de l'économie US est la façon dont l'emploi s'est ajusté. Habituellement cet ajustement s'opérait sur les moins de 20 ans et les plus de 55 ans.
Les 35-54 étaient épargnés par les ajustements, passant les récessions sans trop de problème. Aujourd'hui ce sont eux qui ont été affectés. Cela traduit des fermetures d'entreprises notamment
dans la construction. Cette activité n'a pas repris. L'âge des chomeurs et le secteur d'activité touché peuvent aussi être une explication. Voir le papier que j'avais fait sur le blog des Echos


http://blogs.lesechos.fr/article.php?id_article=3206