Délinquance et origine ethnique

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Déchaînement médiatique autour des propos de Zemmour : « La majorité des trafiquants de drogue sont eux-mêmes noirs ou maghrébins, c’est un fait ».

Soutien de poids de Philippe Bilger sur son blog. Maître Eolas contre-attaque en rappelant l’évidence : ce n’est pas parce qu’ils sont noirs ou maghrébins qu’ils sont trafiquants de drogue. C’est parce qu’ils sont pauvres et vivent dans des quartiers où sont concentrés des populations pauvres. Le déterminant majeur qui pousse à la délinquance n’est pas l’origine ethnique, mais l’origine sociale.

Je complète un peu, car le problème est plus complexe qu’il n’y paraît : il présente un caractère cumulatif. Les personnes issues de l’immigration sont reléguées dans des quartiers pauvres (ségrégation spatiale), où le chômage est significativement supérieur à la moyenne. Se concentrent dans ces quartiers tout un ensemble de problèmes, notamment dans le lieu essentiel de socialisation et d’accumulation du capital humain : l’école. Ces personnes sont donc victimes des dysfonctionnements sur les « marchés » du travail, du logement et de l’éducation.

L’intégration consciente ou inconsciente de cet état de fait par les policiers, employeurs, formateurs, etc. conduit à des phénomènes évidents de discrimination (sans qu’il soit besoin de supposer que ces personnes sont racistes), ce qui ne fait qu’accentuer le problème. En retour, l’intégration de ces phénomènes de discrimination par les personnes qui en sont victimes, d’une part, et l’accumulation des problèmes vécus dans ces quartiers dit difficiles toujours par ces mêmes personnes, d’autre part, entame sérieusement leur capacité à s’en sortir.

De ce fait, je ne peux que souscrire à la conclusion de Maître Eolas :

La France n’a pas échoué à intégrer les populations qu’elle a fait venir d’Afrique ces cinquante dernières années. Elle n’a même pas essayé. C’est cela que la couleur des prévenus nous rappelle à chaque audience. C’est que pas un seul d’entre eux, bien que né en France, n’a pensé une seule seconde qu’il avait une chance de devenir lui aussi médecin, avocat, juge, journaliste au Figaro ou avocat général. La honte est sur nous et pas sur eux.

Je ne vois pas d'autre solution que de soutenir des politiques de mixité sociale. Mais les tentatives en la matière me semblent particulièrement timides.

Publié dans Divers

Commenter cet article

lulu 21/04/2010 15:43



et indépendamment du critère pauvreté si on disait seulement que si les trafiquants condamnés sont majoritairement noirs et arabes c'est surtout parce qu'ils sont plus contrôlés
? Si les flics cherchaient des trafiquants de shit dans les lycées chics de Paris cela se saurait et pourtant.....



clem12 05/04/2010 20:42



Zemmour se bornait à souligner une corrélation et n'établissait pas un lien de causalité entre origine et criminalité. Le problème vient peut être des effets de quartiers, cependant les gens
n'ont pas leur code postal tatoué sur le front, d'où le recours de la police à un proxy, l'origine ethnique. On peut considérer que l'origine ethnique ne joue pas de rôle dans la détermination
des comportements criminels et penser que la discrimination statistique menée par la police trouve en partie son origine dans des considérations d'efficacité, dans la mesure où l'ethnie est
corrélée avec des variables causales en matière de criminalité.



philippe Chadeyron 27/03/2010 11:05


Tout à fait en phase avec le dernier commentaire d'Olivier !
Pourquoi plus d'indulgence face à Zemmour que face à Dieudonné ou Frêche ?! Pourquoi ?


david 27/03/2010 06:05


Concernant l'affirmation originale de Zemmour sur la justification du profiling, il me parait important de souligner qu'elle est tout simplement fausse, independemment du fait qu'il ait raison ou
non sur la proportion de maghrebins ou noirs dans les personnes commettant des delits. Cette proportion nous renseigne sur la probabilite qu'une personnes soit noire/maghrebine sachant qu'elle ait
commis un crime, alors que le profiling sert a savoir quelle est la probabilite qu'une personne ait commis un crime/delit sachant qu'elle est noire/magrebine. Ces deux probabilities sont
completement differentes a priori.

La meme evidence est proferee pour defendre le "ethnic screening" dans les aeroports, et l'erreur de raisonement la meme:

http://wmbriggs.com/blog/?p=400

Ca devient pathetique parce que ce type de raisonement est repete en boucle par un grand nombre "d'intellectuels" se reclamant politiquement incorrect, se gargarisant de reflechir au dela des
apparences et du convenu. C'est peut etre l'erreur de raisonement la plus crasse en statistique, ce qui montre le niveau intellectuel particulierement faible des personnes la proferant.


BCM 26/03/2010 20:58



Ecrire que la France n'a même pas essayé de les intégrer depuis cinquante ans me semble faux. Les enfants des immigrés ont eu accès à l'école, aux soins, aux allocations, etc. et certains ont
tout à fait réussi à s'intégrer en devenant ingénieurs, enseignants, etc. Sans doute pas assez, mais de là à écrire ça, je ne comprends pas bien.



OBO 26/03/2010 21:39


@BCM : oui, heureusement, des choses sont faites. Certaines sont "localement" efficaces. Mais globalement, le problème reste entier. Il faut éviter de tomber dans
le biais du "mythe américain", en montant en épingle la réussite de quelques uns, pour ne pas voir le rouleau compresseur de la reproduction sociale.