Incitation et contrôle, toujours

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Tribune intéressante d'Yves Clot (psychologue) et Philippe Zarifian (sociologue) dans Le Monde du 18 décembre dernier, sur l'évaluation des performances dans l'entreprise.

Extrait : Il existe un grand absent, un point aveugle : le travail lui-même, sa qualité et les conditions de son exercice. Cet aveuglement se construit dans les dispositifs de contrôle et d'évaluation des performances. La généralisation à l'ensemble des salariés de la démarche "fixation d'objectifs/ contrôle de résultats" commence à produire des effets catastrophiques : les objectifs, dits de "performance", sont peu discutés et peuvent, à tout moment, être modifiés, sans lien explicite avec des enjeux qualitatifs et durables. Les résultats, chiffrés, induisent une pression permanente.

L'évaluation est individualisée, niant ainsi les sources collectives de l'efficacité du travail. Enfin et surtout, ces dispositifs ignorent le travail réel : entre les objectifs d'un côté, les résultats de l'autre, on organise la mise en disparition de l'essentiel : du travail. Les salariés doivent se débrouiller pour parvenir aux résultats, sous tension des chiffres, et la connaissance de l'effort qu'ils accomplissent en travaillant disparaît de fait.


Quelques billets sur le même sujet :
Bonus des managers : ca innove en Allemagne
La crise pousse à la fraude
Les stratégies absurdes
Carotte ou bâton?


 

Publié dans Entreprise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

francoise fournier 22/12/2009 13:47


bonjour, avez vous parcouru le rapport de la cour des comptes présenté ce 1° octobre

sur la protection de l'enfance!

savez vous combien donne les conseils généraux àl'Aide Sociale à l'Enfance pour 1 enfant placés en famille d'accueil!

6000 euros

et , ensuite , ce n'est plus un enfant qu'ils ont , c'est un budjet de fonctionnement!

vous parents, vous ne pouvez plus les récupérer!

votre parole n'est pas entendu, car les juge n'ont qu'une et unique références , les "professionnels de l'enfance"!

imaginez , une famille 3 enfants, aucune maltraitance, seulement un logement mal adapté,

cette famille rapporte 18.000 euros.

en 1 an: 216.000 euros

en 3 ans:  648.000 euros, le prix d'achat d'un pavillon!

--------------------------------------------------------------------------------------


Le 20 novembre 2009 ,


Anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant (C.I.D.E).



 


En France, 77.000 enfants sont toujours placés abusivement. Soit 50% des enfants placés.


 


Et sur ces 50%: - 25% le sont pour une mauvaise évaluation de départ.


 


                           -
25% car ce placement n'aurait pas jamais du se prolonger.


 


C’est le 20 ème anniversaire de la convention internationale des droits de
l’enfant,


que la France a ratifié à l’époque.


 


Pourtant, de nos jours l’ASE ne respecte pas cette convention destinée à protéger
les


enfants.


 


De plus en plus d’associations, de réunions, de forums,
de sites
internet, de blogs, se forment:  


-  Association ‘Le Fil
d’Ariane’ : http://le-fil-dariane-france-asso.fr/


-  exactions.net
reportage sur France 2 "envoyé spéciale en
2008, http://www.dailymotion.com/video/x5a4k1_68000-enfants-abusivement-places_news


-  ASP-DP: http://asp-dp.org/


-  Blog ‘S.E.F.C.A PUTEAUX 2 Touche pas à mon Enfant’ : http://eclma.unblog.fr/


-  Blog ‘La justice de l’arbitraire’ : http://lajusticedelarbitraire.blogspot.com/