Inégalités de patrimoine et de revenu

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Doocument intéressant de l'Insee sur les inégalités de patrimoine et leur évolution entre 2004 et 2010.

Si l'on ne regarde que le revenu disponible, les 10% les plus riches ont un revenu disponible 4,2 fois supérieur à celui des 10% les plus pauvres. En termes de patrimoine, le ratio n'est pas de 4,2, mais de 205.

On y apprend également que ce ratio a aougmenté de 30% entre 2004 et 2010.

Preuve supplémentaire, s'il en était besoin, de l'urgence d'une réforme fiscale en France.

Publié dans Politique

Commenter cet article

@philfour 25/11/2011 08:59

Si je réponds OUI à toutes vos questions (rhétoriques), je gagne quoi?

philfour 24/11/2011 15:04


Peut-être un peu court pour se jeter dans les bras de Thomas Piketty.
Les revenus du premier et du dernier décile des revenus progressent de façon équivalente en proportion depuis deux décennies, et ce ne sont que les revenus du centile le plus élevé qui se
détachent fortement, en termes de rythme de progression. Il est vrai que ce sont les foyers appartenant à ce centile, qui n'acquittent en IRPP que 20 % de leurs revenus, alors qu'ils
devraient en acquitter 36 % selon l'INSEE, et que PIKETTY a pu parler d'un impôt régressif à partir ce cette notion. Cela plaide fortement pour l'établissement d'une tranche marginale à taux plus
élevé et l'abolition des niches fiscales inefficaces sur le plan économique, mais pas forcément pour une réforme systémique aux conséquences imprévisibles.
Le ratio entre  le patrimoine des foyers qui possèdent leur maison et celui des foyers qui n'ont pas d'épargne,  peut atteindre les sommets que vous décrivez sans qu'il s'agisse
pour les premiers  d'une accumulation de patrimoine éhontée, et d'un  scandale appelant de toute urgence une réforme fiscale, dans un pays où le taux de prélèvements atteint des
sommets. 63 % du patrimoine des français est constitué d'immobilier. Prétendez-vous que l'immobiler ne soit pas lourdement taxé dans notre pays et qu'il y a des réserves importantes de
recettes fiscales chez les propriétaires immobiliers ?  Pensez-vous que le grand soir fiscal que vous semblez appeler de vos voeux soit le remède à la situation du pays et que nous
n'aurons pas besoin de maîtriser la dépense publique ?