Inégalités et comportement, oeuf et poule

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Traduction approximative d'un billet de Chris Dillow. Toute remarque bienvenue.

Imaginez deux personnes ayant exactement les mêmes caractéristiques à la naissance. Appelons-les Pierre et Paul. Le père de chacun d’eux travaille dur. Cependant, un jour, le plus grand établissement de la ville ferme : le père de Paul est licencié, il peine ensuite à en trouver un autre. Paul en infère que travailler dur ne paie pas. Il désinvestit les études, et, à l’âge adulte, il alterne larcins, petits boulots et chômage.

A l’inverse, Le père de Pierre, qui travaille tout aussi dur que le père de Paul, progresse dans son entreprise en obtenant régulièrement de nouvelles promotions. Pierre en déduit que travailler dur paye, il s’investit dans ses études et réussit brillamment professionnellement.

Regardons maintenant les inégalités de revenu entre Pierre et Paul. Nous pouvons considérer qu’elles sont méritées : après tout, Pierre a travaillé et travaille dur, à l’inverse de Paul.

Mais ces différences de comportement résultent d’un « accident » lors de leur enfance. Dès lors, les inégalités de revenu sont-elles méritées ?

On se trouve face à une question du type « qui de la poule et de l’œuf ? ». Est-ce que ce sont les différences de caractère qui conduisent à des différences de circonstance ? Ou bien est-ce que ce sont les différences de circonstance (pendant l’enfance) qui conduisent à des différences de caractère ?

C’est à ce niveau qu’on trouve une différence essentielle entre la droite et la gauche. La droite considère que la causalité vient du caractère, la gauche des circonstances. Je penche plutôt pour la dernière explication ; l’homme est un animal social.

Mais comment savoir qui, au final, a raison ? Quel expérience pourrait-on mener, quelle preuve avancer ?

 

En complément : j'ai toujours été agacé par les interviews de personnes ayant réussi, quelque soit le domaine. A un moment où à un autre, ils avancent l'idée qu'ils ont travaillé dur pour réussir. D'où la causalité suivante : j'ai réussi parce que j'ai travaillé dur. On devrait arrêter d'analyser les success stories, qui aboutissent inévitablement à ce type de proposition. Je pressens qu'une analyse des failure stories aboutirait à la même proposition, mais à une causalité inverse : j'ai travaillé dur, mais j'ai échoué...

Publié dans Divers

Commenter cet article

pandora bracelets 28/06/2010 10:39



professeurs comme lui que j'ai compris l'intérêt d'étudier l'économie pour comprendre des phénomènes qui dépassent très largement cette discipline........Je prévois de publier un article sur les
délocalisations bientôt...



Emmanuel 03/06/2010 15:15



il existe une vidéo très savoureuse de Steve Jobs devant des étudiants dont le propos pourrait être : vous ne saurez votre destinée qu'une fois qu'elle aura commencé à prendre forme. Pour le
reste, bossez et accumulez des savoirs et savoirs-faire. 


Son exemple personnel montre que lui l'étudiant glandeur a suivi des cours de typographie en auditeur libre plutôt que d'électronique, parce qu'il préférait ça, puis au jour de lancer le
Macintosh a souhaité qu'il soit équipé d'un système typographique élégant, puis Windows a copié, et voilà tous les ordinateurs dotés de nombreuses et élégantes polices de caractères... Un exemple
parmi d'autres.



Supertakin 27/05/2010 17:58



Amusons-nous un peu : Jean S. glande joyeusement à la fac et se fait brillamment élire conseiller général. Mouloud trime comme un malade et accumule les galères.


Que faut-il en conclure? 



lulu 27/05/2010 17:52



on peut pousser un raisonnement à l'extrème.


Sylvie travaille dur et réussit.


Sophie n'en fout pas une et se plante.


Est-ce juste pour Sophie qui n'a pas eu la chance d'avoir des qualités de tenacité à la naissance ?



de Person 25/05/2010 09:32



Question un peu binaire... Les trajectoires de vie sont un savant mélange de mérite, de cul (comme au Scrabble) et d'inégalités (il faut être économiste pour penser que l'égalité existe). En tout
cas, bienvenue dans le web 2.0 ;o)