Le rapport Coe-Rexecode sur la durée du travail en France

Publié le par Olivier Bouba-Olga

J'avais parlé il y a quelques temps des erreurs et approximations d'une étude de Coe-Rexecode comparant les performances de la France et de l'Allemagne.

Ils viennent de récidiver en publiant une autre étude où ils comparent les durées de travail en Europe et de laquelle ils pensent pouvoir conclure que i) la durée du travail en France est une des plus faibles d'Europe, ii) non content de cela, c'est le pays où on a le plus réduit la durée du travail (35 heures, le retour), iii) que ceci a plombé la croissance française et donc l'élévation du niveau de vie des populations.

Eric Heyer et Mathieu Plane expliquent fort heureusement en 7 pages claires et précises les nombreuses erreurs et approximations de cette nouvelle étude.

Ils sont payés chers les économistes de Coe-Rexecode?

Publié dans Emploi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> Merci beaucoup de votre réponse. Cette thèse est-elle consultable quelque part? Son auteur contactable?<br /> <br /> <br /> L'Atelier de l'Emploi veut continuer d'approfondir le sujet, mettre notamment en avant les réformes à mener pour que cette approche territoriale soit efficace -vers une véritable GTEC.<br /> <br /> <br /> Vous avez mon adresse mail si besoin.<br />
Répondre
C
<br /> Plutôt que poser le débat de l'emploi en termes de durée du travail dont les comparaisons sont souvent bancales, ne faudrait-il pas notamment le placer sur le terrain de la nécessité d'une<br /> territorialisation des politiques d'emploi et de développement des compétences?<br /> <br /> <br /> J'en appelle à votre regard critique sur : <br /> <br /> <br /> ce billet qui met en avant cet aspect : http://www.manpowergroup.fr/emploi-solutions-locales-au-desordre-global/<br /> <br /> les solutions en termes d'actions mutualisées et de partenariats public-privé en matière de développement des compétences en rapport avec les besoins des entreprises, d'orientation et de<br /> soutien à la mobilité notamment - dont le pays de Vitré serait un bon exemple : http://www.manpowergroup.fr/voyage-au-pays-du-plein-emploi/<br /> <br /> <br /> <br /> Sommes-nous dans l'utopie? Dans le micro exemplaire mais non signifiant? <br />
Répondre
O
<br /> <br /> Mille fois d'accord avec la nécessaire territorialisation des politiques d'emploi et de développement des compétences, pour une raison évidente et bien<br /> documenté : les marchés du travail restent locaux. Voir aussi pour valider cette proposition les travaux de l'Horty et al. qui analysent empiriquement les différences de taux de chômage à des<br /> échelles fines, montrent le rôle de différents effets structurels (composition de l'activité, etc.) mais la persistance d'écarts qui s'expliqueraient par le jeu différencié des institutions. Dans<br /> mon labo, une thèse vient d'être soutenu (en décembre dernier), elle insiste sur cette nécessité et propose une méthodologie d'évaluation qualitative des dispositifs institutionnels<br /> territorialisés.<br /> <br /> <br /> Une fois cela dit, il y a du boulot pour que ces dispositifs territorialisés fonctionnent...<br /> <br /> <br /> <br />
H
<br /> J'espère que les économistes de l'OFCE ne sont pas trop payés non plus, pour conclure en affirmant que les 35h ont créé des emplois... L'honnêteté intellectuelle aurait dû les conduire à préciser<br /> que ce sont en réalité les allègements de charge (12Md€ par an) associés aux 35h qui ont permis de créer ces emplois, et non pas les 35h en soi. D'autre part, la rutpture méthodologique pose<br /> problème en dynamique sur 10 ans mais elle ne change rien à la photographie de 2010 : la France est après la Finlande le pays d'Europe où l'on travaille le moins .<br /> <br /> <br /> Du point de vue macroéconomique, tout cela signifie que l'Etat a subventionné une fois de plus notre perte de compétitivité, au prix d'un creusement des déficits.  Performance du<br /> commerce extérieur catastrophiques et en chute libre de depuis 2005 (tiens ! c'est l'année de la généralisation des 35h, bizarre) ; chômage qui explose, dette publique également...<br /> <br /> <br /> ... non vraiment, il n'y a pas de quoi regretter cette belle décision de politique économique que sont les 35h. C'est d'ailleurs tellement bien que nous allons voter Hollande qui<br /> nous promet une petite resucée des bonnes recettes d'antan : retraite, emplois jeunes, 35h confirmée, embauches de fonctionnaires. La France qui gagne, quoi !<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
M
<br /> COE-REXECODE me semble être avant tout une "distillerie économique" manipulatrice en charge du lobbying de leur commanditaire que je suppute être le MEDEF. Je suis étonné que pour quelques € ou<br /> promotion professionnelle, des "docteurs en économie" puissent ainsi se discréditer. Nos universités vont devoir développer l'enseignement des notions de déontologie et d'éthique tandis que le<br /> législateur devra sanctionner les "perturbateurs sociaux" qui, au nom de la liberté d'expression osent tromper le peuple. Dans le contexte économique actuel, nous avons besoins de compétences<br /> intègres !<br />
Répondre
P
<br /> Les erreurs d'analyse mentionnées par Plane et Heyer sont trop grossières, surtout pour des auteurs qui sont docteurs en économie. Pensez-vous qu'elles soient volontaires ?<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre