Mobilité spatiale et emploi

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Conférence intéressante sur Poitiers d’Eric Le Breton, sociologue rennais, sur la question des mobilités. Il a notamment proposé une typologie plutôt convaincante des personnes : i) les ubiquistes, ii) les navetteurs, iii) les insulaires. Termes suffisamment clairs pour que je ne développe pas sur les caractéristiques de chacun. Je doute cependant de la réalité de la première catégorie, correspondant à des personnes ultra-mobiles. Je veux bien s’agissant de la mobilité temporaire (dans le travail ou lors des vacances), je m’interroge plus sur leur mobilité résidentielle. J’ai le sentiment que, y compris pour ces personnes, l’inertie spatiale n’est pas négligeable. Pas eu le temps de lui poser la question, je vais enquêter…

 

Dans la discussion suite à sa présentation, il a évoqué les recherches d’une autre sociologue, Cécile Vignal, sur la question de la mobilité des salariés suite à la décision de délocalisation (infra-nationale) d’un établissement. Après quelques recherches, j’ai trouvé cet article, visible ici, dont je vous livre quelques extraits de l’introduction :

 

« En 2000, les trois cents salariés d’une usine de câbles électriques de Laon (Picardie) furent confrontés à la fermeture de leur établissement et à la délocalisation des emplois à deux cents kilomètres de leur domicile. (…)

L’ensemble des salariés dut choisir entre trois options : accepter la mutation de leur emploi à Sens, ou bien tenter une mutation d’essai d’au moins six mois dite « période probatoire », ou bien encore opter pour le licenciement. (…)

Quelques indicateurs permettent de décrire rapidement le profil des salariés refusant la mutation : être propriétaire ou accédant à la propriété de son logement, appartenir à un ménage composé d’une famille avec enfants, être âgé de plus de quarante ans. Les dimensions socioprofessionnelles, comme le fait d’être ouvrier ou d’appartenir à un couple bi-actif, se conjuguent souvent chez les salariés qui optent pour le licenciement. »

 

J’ai trouvé dans l’article cette référence à une autre étude: « l’enquête « Proches et parents » réalisée en 1990 par l’INED révèle que malgré les migrations et grâce au processus de concentration urbaine, une personne sur cinq habite la même commune que sa mère, et plus de une sur deux le même département (Bonvalet et al., 2003). » (souligné par moi).

J’ai le vague sentiment qu’on néglige trop souvent l’inertie des comportements…

Publié dans Territoires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chb 13/06/2010 10:05



deux réflexions : 1 mobilité des étrangers étrangement contingentée; 2 si peu de gens habitent le département de leur mère, malgré le coût faramineux des maisons de retraite médiclaisées ? on est
riches, dans cette mobilité.



VilCoyote 28/05/2010 19:02



Nono : pour les profs, la mobilité est forcée pour l'année de stage puis la première affectation. Ensuite, on peut y être de nouveau contraint si on est TZR (on a un département à couvrir pour
faire des remplacements, on peut se trouver une année en poste à un bout du département, l'année suivante à l'autre bout... et si on a pas de pot on est à cheval sur deux établissements distants
de 100kms !). Idem si le poste qu'on occupe "saute", faute d'heures. On se retrouve "au mouvement", et on est bien obligé de faire un voeu et d'accepter l'affectation (sinon c'est de l'abandon de
poste...).


Il y a donc quand même pas mal de cas où les profs subissent une mobilité forcée.



Nono 28/05/2010 16:40



Au cours du temps, j'ai pas mal déménagé (mutations professionnelle de mon père, puis pour moi), et c'est vrai qu'à peu près partout, la plupart des gens non seulement habitent et travaillent là
où ils sont nés, mais envisagent rarement que ça puisse être autrement!!!


Quand aux mobilités forcées, elles concernent effectivement les militaires, mais pas seulement eux: dans le privé, être mobile est souvent un atout et incontournable pour progresser. Par contre,
je ne crois pas que les profs (Education Nationale) soient soumis aux mutations forcées, sauf exception.



Olivier Bouba-Olga 28/05/2010 14:02



@ VilCoyote : oui, effectivement, on a de l'ubiquité forçée! Pas évoqué hier, mais ce serait
intéressant de quantifier.



VilCoyote 28/05/2010 11:02



Ma prof d'IUFM faisait une thèse (sociologico-démographique) sur les migrations pendulaires (les "navetteurs"). Quelques éléments ici : http://eso.cnrs.fr/IMG/pdf/lx.pdf


Pour les "ubiquistes", prend-en compte les mobilités forcées et inrefusables, genre les militaires, et dans une certaine mesure les profs ? Ce sont des cas rares, certes.