Novlangue

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Extrait de La loi n°95-73 du 21 janvier 1995 d’orientation et de programmation relative à la sécurité :

"Dans tous les textes législatifs et réglementaires, le mot : “vidéosurveillance” est remplacé par le mot : “vidéoprotection”. (...) Le mot de “vidéosurveillance” est (…) inapproprié car le terme de “surveillance” peut laisser penser à nos concitoyens, à tort, que ces systèmes pourraient porter atteinte à certains aspects de la vie privée. Dès lors, il y a lieu de remplacer le mot “vidéosurveillance” par le mot “vidéoprotection”, qui reflète plus fidèlement tant la volonté du législateur que l’action conduite en faveur de nos concitoyens.


Voir ici pour des précisions.

PS : Novlangue : Le novlangue (Newspeak en anglais) est la langue officielle d’Océania, inventée par George Orwell pour son roman 1984 (publié en 1949). Il est une simplification lexicale et syntaxique de la langue destinée à rendre impossible l’expression des idées subversives et à éviter toute formulation de critique (et même la seule « idée » de critique) de l’État. (source)

Publié dans Divers

Commenter cet article

Tanguy 23/01/2012 17:33


Pour vous signaler un chouette dico de novlangue


Cordialement

Jean-Claude 10/02/2010 22:30


La video ne protège pas. Elle surveille. La protection passe par d'autres voies (personnel d'intervension, ...). C'est bien de la Novlangue...


Javi 10/02/2010 22:28


J'ai envie de dire qu'on devrait faire le texte inverse en arguant du fait que par ler de protection induit erronément les citoyens à penser que la caméra peut les aider face à un danger immédiat.
(alors que la bande ne sert qu'à l'enquête après coup).

Pour rester neutre, ils auraient pu prendre vidéo-observation, mais ça sonne mal, et je suis certains que la confusion que je décris dans mon paragraphe précédent est volontaire de la part des
promoteurs de la chose.


gégé 10/02/2010 21:30


On ne doit plus dire surveillance mais protection. Soit. Mais comment dit on protection, alors ? Les pauvres. Savent-ils qu'on ne change pas le sens des mots ni les idées par décret.