S'abonner

  • Flux RSS des articles

Recherche

Je suis Professeur des Universités en Aménagement de l'Espace et Urbanisme à la Faculté de Sciences Economiques de l'Université de Poitiers et chargé d'enseignement à Sciences Po Paris (premier cycle ibéro-américain). Le but de ce blog est de commenter l'actualité économique et politique, pour montrer que les économistes peuvent parfois produire des analyses utiles.

Pour être informé de la parution d'un nouveau billet, abonnez-vous à un flux ou entrez votre mail dans la rubrique Newsletter.

Migrations

Lundi 3 janvier 1 03 /01 /Jan 22:05

Quel lien peut-on faire entre émigration, immigration et salaires des natifs du pays d'origine? C'est à cette question que répondent Frédéric Docquier, Çaǧlar Özden et Giovanni Peri, dans ce document de travail du NBER (€), en se focalisant sur le cas européen.

Résultat des courses (traduction d'un extrait du résumé) : Nous montrons que tous les pays européens ont connu une baisse de leurs salaires moyens et une aggravation des inégalités de salaire à cause de l’émigration. A l'inverse, contrairement à la croyance populaire, l’immigration a un effet positif sur les salaires moyens et sur la réduction des inégalités de salaires des natifs.

 

A signaler en complément que Frédéric Doquier met à disposition sur son site des données sur les migrations internationales.


Résumé complet en anglais : In this paper, we simulate the long-run effects of migrant flows on wages of high-skilled and low-skilled non-migrants in a set of countries using an aggregate model of national economies. New in this literature we calculate the wage effect of emigration as well as immigration. We focus on Europe and compare the outcomes for large Western European countries with those of other key destination countries both in the OECD and outside the OECD. Our analysis builds on an improved database of bilateral stocks and net migration flows of immigrants and emigrants by education level for the years 1990 through 2000. We find that all European countries experienced a decrease in their average wages and a worsening of their wage inequality because of emigration. Whereas, contrary to the popular belief, immigration had nearly equal but opposite effects: positive on average wages and reducing wage inequality of non-movers. These patterns hold true using a range of parameters for our simulations, accounting for the estimates of undocumented immigrants, and correcting for the quality of schooling and/or labor-market downgrading of skills. In terms of wage outcomes, it follows that prevalent public fears in European countries are misplaced; immigration has had a positive average wage effect on native workers. Some concerns should be focused on the wage effect of emigration, instead.

Par Olivier Bouba-Olga - Publié dans : Migrations
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 29 novembre 1 29 /11 /Nov 13:17

Christophe Terrier vient de me signaler cet article de Gilles Pison dans Population et Sociétés, novembre 2010, intitulé "Le nombre et la part des immigrés dans la population : comparaisons internationales". On y apprend que pour la France, la part dans la population totale des personnes nées étrangères à l'étranger est de 8%, elle passe à 11% si on ajoute les français nés à l'étranger.

 

Petit extrait sur la France :

 

La France est également un vieux pays d’immigra­tion, avec des migrants venus au xixe siècle des pays voisins – Belgique, Angleterre, Allemagne, Suisse – puis au xxe siècle, après la première guerre mondiale, de Po­logne, d’Italie, d’Espagne et, après la seconde guerre mondiale, du Portugal, du Maghreb, puis plus récem­ment, d’Afrique subsaharienne et d’Asie. Dans les années 1950 et 1960, le solde migratoire était, proportionnelle­ment à la population, plus élevé en France qu’aux États-Unis (en moyenne près de quatre pour mille habitants par an, contre deux), du fait des quotas d’entrée. Depuis 1970, c’est l’inverse, le flux d’entrée s’étant réduit en France alors qu’il a plutôt augmenté aux États-Unis, notamment dans les années 1990. Au cours des deux dernières décennies, le solde migratoire s’est situé autour de quatre pour mille en moyenne annuelle aux États-Unis contre un peu plus d’un pour mille en France.

 

Sur les migrations en général :

 

Les immigrés seraient au total 214 millions en 2010 d’après les Nations unies. Ils ne représentent qu’une faible minorité de la population mondiale (3,1%), la plupart des humains vivant dans leur pays de naissance. La proportion d’immigrés n’a que très légèrement augmenté au cours des dernières décennies (elle était de 2,9% il y a 20 ans, en 1990, et 2,3% il y a 45 ans, en 1965). Elle n’a sans doute que peu changé également en 100 ans.

 

Les flux ont cependant évolué, pour aboutir au schéma général suivant :

mig2.jpg

On apprend enfin que  "contrairement à une idée reçue, la France compte peu d’expatriés, d’après les décomptes détaillés de l’OCDE dans les recensements du monde entier, c’est l’un des pays d’Europe d’où l’on s’expatrie le moins."

Par Olivier Bouba-Olga - Publié dans : Migrations
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Dimanche 28 novembre 7 28 /11 /Nov 06:00

Les immigrés en France, c'est comme les délocalisations et les relocalisations, on en voit partout sauf dans les statistiques. Eurostat vient de publier un document sur le sujet.

 

Elles permettent d'abord de situer la France dans un ensemble large de pays (voir ce graphique), qui montre que la proportion d'immigrants en France en 2008 est faible, de l'ordre de 5,8 immigrants pour 1000 habitants, soit encore 0,58%, contre 0,8% en moyenne dans l'UE. Les pays en tête sont le Luxembourg (3,6%), Malte (2,2%) et Chypre (1,8%). La Finlande, l'Alllemagne, l'Espagne, l'Italie, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Belgique, le Danemark, la Suède, etc. ont des taux plus élevés que la France. Si lron raisonne non plus en flux mais en stock (voir cet autre graphique), idem, la France est en dessous de la moyenne de l'UE et derrière tous les pays que je viens de citer.

 

En cherchant des statistiques plus précises sur la France (ce qui n'est pas très simple sur le site Eurostat), on arrive aux résultats suivants :

* la France compte 0,58% d'immigrants (attention: il s'agit du rapport entre le flux d'immigrants 2008 et la population résidente 2008)

* sur cet ensemble, 35% sont des ressortissants de l'UE à 27 et 65% des ressortissants hors UE à 27 (la décomposition plus fine entre UE15 et UE27-UE15 n'est pas disponible pour la France)

* sur les ressortissants hors UE à 27, 26% viennent de pays à haut niveau de développement, 64% de pays à niveau de développement moyen, 10% de pays à bas niveau de développement (je n'ai pas trouvé la liste des pays de cette typologie).

 

Bref, l'immigration pèse peu, celle en provenance de pays pauvres encore moins. On pourra bien sûr objecter que l'immigration clandestine est mal recensée, mais c'est vrai pour tous les pays. Sans doute moins vrai pour la France que pour les autres pays, vu les moyens déployés par notre gouvernement. Externaliser la faute de nos problèmes sur l'étranger, qu'il s'agisse des délocalisations ou de l'immigration, est sans doute politiquement payant mais socio-économiquent désastreux. Il faut être naïf, Lionel Nicolas, pour croire que c'est la solution à nos problèmes.

 

Petite expérience personnelle pour finir sur le sujet. J'ai participé récemment au jury de thèse d'une doctorante originaire d'Afrique sub-saharienne. Elle a fait toutes ses études universitaires dans une Université française, en obtenant des résultats très satisfaisants (2ème de sa promo de licence par exemple). Celui qui est devenu son mari a également fait ses études en France et a obtenu un doctorat de sociologie. Pendant leurs études, ils ont été régulièrement emmerdés surveillés par les services de l'Etat, dont les comportements vis-à-vis des étrangers se sont sérieusement dégradés ces dernières années. Ils ont donc émigré au Canada, où lui vient d'obtenir un poste de Maître de Conférences, et où elle dispose déjà d'un emploi temporaire dans une Université, qui devrait se pérenniser rapidement. La France a donc investi une petite dizaine d'année dans la formation de personnes de qualité et en s'assurant dans le même temps d'avoir un retour sur investissement égal à zéro. Voire négatif, vu le ressentiment que ces personnes peuvent légitimement avoir vis-à-vis de l'Etat français.

 

Face à cette situation, deux solutions : arrêter totalement d'investir dans la formation de ces personnes, ce qui nous garantit des pertes, vu la position géopolitique de la France dans les pays francophones. Ou bien investir dans la formation de ces personnes et les accueillir un peu plus dignement. Ce qui assure un retour sur investissement largement positif. A quelques votes près.

Par Olivier Bouba-Olga - Publié dans : Migrations
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Samedi 31 mai 6 31 /05 /Mai 00:00

Bravo à Shrat (commentaire 10) et à Veig (commentaire 19) pour les réponses. Le graphique suivant...


... représentait les flux migratoires par âge de l'Ile de France (très précisément : les quotients migratoires annuels moyens 1990-2005). Il est tiré d'un article de Economie et Statistique qui vient de paraître : Léon Olivier, 2008, "Les projections régionales de population 2005-2030", Economie et Statistique, n°408, p. 137-152.

Voici le commentaire associé au graphique : "Enfin, L’Île-de-France constitue à elle seule une singularité. Elle accueille des étudiants et des jeunes actifs, mais dès 30 ans, les fl ux migratoires s’inversent, notamment à l’âge de la retraite (cf. graphique III). L’excédent migratoire de jeunes se combine au déficit dans les âges plus élevés pour limiter le vieillissement : l’âge moyen en 2030 en serait ainsi réduit de plus de trois ans par rapport au scénario sans migrations. La région capitale serait dans ces conditions celle qui vieillirait le moins (de 2,6 ans), ce qui  renforcerait sa position de région la plus jeune de France métropolitaine." (p. 147)

Autre configuration pour l'Aquitaine par exemple :


On apprend plus généralement dans l'article que les "nouvelles projections rehaussent en général les populations régionales par rapport aux anciennes. C’est particulièrement net en Limousin, en Midi-Pyrénées et en Poitou-Charentes, qui ont enregistré les plus fortes infl exions démographiques au cours des dernières années, avec une fécondité en nette hausse conjuguée à un regain d’attractivité migratoire prononcé."

Par Olivier Bouba-Olga - Publié dans : Migrations
Ecrire un commentaire - Voir les 20 commentaires
Mercredi 16 janvier 3 16 /01 /Jan 15:23

Petite réflexion au moment de la sortie des chiffres de l'Insee sur l'évolution de la population : la Nouvelle République du Centre Ouest titre "Poitiers a gagné 6 000 habitants" (entre 1999 et 2005). En page intérieure, on apprend plus généralement que la population régionale a augmenté de 5% sur la période, avec notamment un apport de 45 000 personnes en provenance des autres régions. D'où le titre de l'article : "Poitou-Charentes attire toujours". On trouve également un encart qui commence ainsi : "Poitiers prend la première place du tableau d'honneur des plus grandes communes de la région".

Bref, la population picto-charentaise augmente, cette augmentation résulte pour une bonne part des migrations interrégionales, et c'est une bonne chose : ce sont des personnes en plus qui vont travailler, dépenser localement leurs revenus, éviter des fermetures d'écoles et des suppressions de lits d'hôpitaux, etc... Sûr que la plupart des lecteurs de la NR se réjouissent de cette nouvelle. Interrogez-les, en revanche, sur leur sentiment vis-à-vis de l'immigration étrangère, je ne suis pas sûr qu'il soit tout à fait le même. 

A consulter : Insee Première n°1170, janvier 2008, "Bilan démographique 2007". Pierre Maura en propose une petite synthèse. A partir des données de ce document, j'ai calculé la contribution du solde migratoire à l'accroissement de la population (0,66% par an), qui est de 22% en moyenne, contre 78% pour l'accroissement naturel.  A consulter également, Insee Première n°1116, janvier 2007, "enquêtes annuelles de recensement de 2004 à 2006". Même calcul, mais au niveau des régions, pour la période 1999-2006. On obtient une contribution des migrations de 36%, contre 64% pour l'accroissement naturel.

Par Olivier Bouba-Olga - Publié dans : Migrations
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 10 janvier 4 10 /01 /Jan 12:01

Le Figaro indique que le rapport Attali propose une relance de l'immigration, et pose différentes questions :

Cette proposition promet de relancer la polémique. Les échecs de l'intégration montrent qu'avant d'ouvrir largement les frontières, les dirigeants devront répondre à un certain nombre de questions. Quels seront les effets d'une telle mesure sur le marché du travail ? Ne risque-t-elle pas de tirer les salaires vers le bas ? Quelle politique du logement faut-il mettre en œuvre pour l'accompagner ?
 Vous trouverez des réponses à ces questions (au moins les deux premières) et à quelques autres questions complémentaires, dans des billets du Libéblog. Deux billets d'Alexandre Delaigue (ici et ), avec tout un ensemble de références attachées, et un billet que j'avais rédigé sur la base d'une étude sur la Californie (ici), qui montre notamment que "l’immigration sur la dernière sous-période 1990-2004 a un impact négatif sur les salaires des migrants de la première sous-période, mais un impact positif sur les salaires des natifs américains. Ce qui semble montrer la complémentarité entre immigrés et natifs d’une part, mais aussi la substituabilité entre les différentes générations d’immigrés, d’autre part. Le problème ne se situe pas là où on le pense généralement…". (voir le commentaire d'Askenazy sur ce même papier dans les Echos).

A lire également ce papier pour Telos-eu de Jean-Christophe Dumont, qui montre notamment que l'immigration est favorable à la croissance du PIB, que son impact sur le PIB par tête est théoriquement incertain mais historiquement positif, que le lien immigration-chômage n'est attesté ni par la théorie, ni par les études empiriques, que l'effet sur les salaires est ambigü, plutôt faiblement négatif à court terme et négligeable à moyen-long terme. Il déplore le manque d'étude sur le sujet (sur le lien immigration-croissance en tout cas) pour le cas de la France, et, comme il dit, c'est assez symptomatique...
Par Olivier Bouba-Olga - Publié dans : Migrations
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires

Actuellement...

Il y a  5  personne(s) sur ce blog

Twitter

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés