S'abonner

  • Flux RSS des articles

Recherche

Je suis Professeur des Universités en Aménagement de l'Espace et Urbanisme à la Faculté de Sciences Economiques de l'Université de Poitiers et chargé d'enseignement à Sciences Po Paris (premier cycle ibéro-américain). Le but de ce blog est de commenter l'actualité économique et politique, pour montrer que les économistes peuvent parfois produire des analyses utiles.

Pour être informé de la parution d'un nouveau billet, abonnez-vous à un flux ou entrez votre mail dans la rubrique Newsletter.
Mardi 27 avril 2 27 /04 /Avr 21:48

 

Je reprends une idée dévéloppée autrement dans d'autres billets.

Les Universités sont en train, par vague successive, de calibrer leur offre de diplômes. L'autonomie croissante des Universités fait qu'elles font un peu ce qu'elles veulent. Le Ministère se contente de leur dire : "faites ce que vous voulez, vous fonctionnerez à budget constant".

Parallèlement, le nombre d'étudiants attendus dans les Universités françaises est plutôt décroissant. Soyons optimistes, supposons qu'il soit constant, disons égal à n.

Supposons de plus que les étudiants se répartissent aléatoirement entre les formations proposées (la qualité des diplômes est difficilement observable). Dès lors, si une université propose x formations sur un ensemble X de formations, elle accueillera donc (x/X)*n étudiants. Sa dotation sera de x/X de la dotation globale.


Question métaphysique : l'Université en question a-t-elle intérêt à ouvrir une formation supplémentaire? On est en fait dans une configuration de dilemme du prisonnier :


 

 

Autres Universités

Ouvre

N’ouvre pas

Université A

Ouvre

x+1/X+y+1

x+1/X+1

N’ouvre pas

x/X+y

x/X


Plaçons nous dans le cas de l'Université A.

Première possibilité, y universités (autres qu'elle) ouvrent une formation (avec y>=1). L'Université A à le choix entre ouvrir une formation, elle touche x+1/X+y+1 de la dotation, ou ne pas ouvrir de formation, elle touche x/X+y. Je vous laisse montrer que, dans tous les cas, si au moins une autre université ouvre une formation, elle a intérêt à en ouvrir une.

Deuxième possibilité : aucune autre université n'ouvre de formation. Si elle-même n'en ouvre pas, elle touche la même somme qu'auparavant, soit x/X. Si elle en ouvre une, et elle seule, elle touche x+1/X+1 de la dotation. Je vous laisse montrer que x/X<x+1/X+1, donc qu'elle a intérêt à ouvrir.

Le jeu est symétrique. Conclusion : dans tous les cas, on a intérêt à ouvrir une formation supplémentaire. Comme on fonctionne à budget constant, le nombre de formations va exploser, et le budget par formation, lui, va diminuer. "Individuellement", aucune université n'a intérêt à jouer un autre jeu. Collectivement, c'est une catastrophe.


Prédiction : on court à la catastrophe...

 

PS : alternatives : i) l'Etat joue son rôle de régulateur : peu crédible, ii) les Universités sortent du jeu non coopératif et se concertent : peu crédible également. On court à la catastrophe, je vous dis...

Par Olivier Bouba-Olga - Publié dans : Université
Ecrire un commentaire - Voir les 14 commentaires
Retour à l'accueil

Actuellement...

Il y a  12  personne(s) sur ce blog

Twitter

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés