fraude intellectuelle

Publié le par Olivier Bouba-Olga

Sarkozy s’énerve contre la fraude au chômage, et propose un "gigantesque plan" (voir ici par exemple). Les Echos signalent cependant que « La dernière réforme du contrôle des chômeurs, lancée en août 2005, a déjà permis de tripler le nombre de sanctions prononcées à l'encontre des "faux chômeurs". La proportion de chômeurs pénalisés reste toutefois infime (2 %) au regard du 1,7 million d'individus indemnisés par l'Unedic. ».

 

Dans un autre article des Echos, on apprend que l’Unedic relativise la fraude, estimé « à 140 millions d'euros (…). Les condamnations pénales et civiles ont représenté un préjudice d'environ 41 millions en 2006, dont 26 millions sont déjà encaissés. Quelque 350 condamnations pénales ont été obtenues, dont 140 avec des peines de prison, précise le document ».

 

Sur Wikipedia, j’apprends parallèlement que les recettes de l’Unedic sont, en 2006, de 29,39 milliards d’euros, et les dépenses de 29,05 milliards d’euros. Sur le site de l’Unedic, on nous dit que plus de 31 milliards d'euros l'an d'indemnisation ou d'avances sont octroyées, dont 26 milliards au seul titre de l'Assurance chômage.

 

Je prends ma calculette, je divise 140 millions par 26 milliards, et j’obtiens 0,54%. Et je me dis, qu’en effet, il faut mettre en place un "gigantesque plan". Je dirais même un "super-extra-méga-gigantesque plan", afin de lutter contre ce véritable fléau qui grève la création de richesses et d’emplois de notre doux pays.

NB : il ne s'agit pas ici d'encourager la fraude, plutôt de demander au politique de faire un peu de pédagogie des enjeux, de hiérarchiser les problèmes, et de traiter les problèmes essentiels, plutôt que de caresser les citoyens dans le sens de leurs peurs ou de leurs préjugés...

Publié dans Emploi

Commenter cet article

david 14/09/2007 10:15

C'est tout simplement une tactique de bouc-émissaire. Ca rentre dans le cadre du populisme général de Sarkozy.

cyclomal 13/09/2007 17:48

Plus de souci à avoir: notre président s'y connaît en fraude gigantesque et il sera sans pitié avec ceux qui voudraient lui faire de l'ombre dans ce domaine comme avec les gagne-petit qui gâche le travail.Blague à part, ça ne risque pas de s'arranger pour ceux qui sont en bas de l'echelle, sans emploi, précaires, sans réseau de soutien et de plus en plus montrés du doigt comme des malpropres.Il leur restera le spectacle des dépénalisés à stock-options défiscalisés et  sans cotisations sociales pour se remonter le moral en pensant:" j'en serai un jour, j'en serai"

enzo d'aviolo 13/09/2007 13:59

@veigAh oui effectivement, c'est un angle auquel je n'avais pas pensé, quand on cherche moins, on trouve moins et ça fait baisser les chiffres en effet! o;-))

Fred., de L. 12/09/2007 15:33

Juste pour compléter ce qui a déjà été dit. Le Figaro parlait de la fraude lui aussi en début d'année. C'était autre chose que 140 millions d'euros. Mais il n'y a pas d'annonce fracassante à ce sujet : http://www.lefigaro.fr/impots/20070220.WWW000000288_chaque_annee_c_est_l_equivalent_du_deficit_budgetaire_de_l_etat_qui_est_detourne.html

Fachocentriste 12/09/2007 14:14

Je ne suis pas très d'accord. Sarkozy sait qu'il a un moyen d'action et un seul: la communication. Ses lois, la plupart du temps, sont des lois de communication. La fraude aux Assedic est un enjeu symbolique important, dans la perspective d'une réforme à la nordique du système. En outre, le rapport Tian se concentre sur la fraude organisée. Après, il y a probablement une tripotée de cadres jeunes et moins jeunes qui se prennent des congés sabbatiques aux frais de l'Assedic. J'aimerais bien disposer de données sur ce sujet. Comme, plus généralement, sur l'utilisation abusive des systèmes sociaux par ceux qui en ont le moins besoin. Mais c'est évidemment très difficile à mesurer.Quant à la dépénalisation du droit des affaires, c'est un tout autre débat, et il n'est pas engagé puisque, à cette heure, personne n'a la moindre idée de ce que Sarkozy avait en tête en en parlant, si ce n'est faire plaisir aux patrons qui l'écoutaient. Là encore, il s'agit de communication; les patrons ont souvent l'impression d'être amalgamés abusivement à ceux qui parmi eux ont des pratiques douteuses.En tout cas, je suis bien curieux de ce que pourrait bien être ce "gigantesque plan", vu que l'Unedic est une organisation paritaire sensiblement moins inféodée à l'Etat que les autres systèmes sociaux. Et puis il faudra déjà que se fasse cette fameuse fusion avec l'ANPE. Bon courage.Mais d'une façon générale, Sarko s'en prend ici à des comportements qui sont parfaitement répréhensibles, exactement comme il le faisait dans les banlieues. Pour moi il n'y a rien à dire, et la notion de "bouc émissaire" est parfaitement déplacée. Je pense que c'est parce qu'elle n'a pas compris ça que la gauche a perdu, en grande partie.